« Moscou paradis » d’après Dimitri Chostakovitch

Du 10 au 16 février 2018

 
Une réussite.png

NOTRE AVIS : UNE RéUSSITE
-Sélection février 2018-

Une bande de gais lurons rêve de s’installer dans un nouvel immeuble des beaux quartiers de Moscou. Pas facile d'accéder au confort matériel quand on vit en Russie dans les années 50 !


J’ai rêvé qu’on avait un réfrigérateur !
  ©  Magali Dougados

© Magali Dougados


La pièce en bref

Au premier abord, le pitch a de quoi faire peur : un opéra russe de presque 2 heures surtitré en français sur une histoire d’immeuble dans la Russie des années 50. On se dit qu’on n’est pas forcément obligé de se l’infliger, chacun faisant ce qu’il veut de son samedi soir… Mais, comme toujours, il faut se méfier des apparences ! Car, une fois qu’on y est, on ne regrette rien, non, on ne regrette rien. Moscou Paradis est une petite merveille, complètement délurée, oscillant entre l’esthétique kawaii et les Playmobil. Déroutante, certes, mais qui nous réconcilie franchement avec nos homologues russes. Les chanteurs sont époustouflants, les dialogues (en français) drôles et les costumes bien kitsch. Sans parler de ce camaïeu de rose, allant du fuchsia au pastel sur les robes, les vestes, les chaussettes et les murs. On adore ! Si la vie des personnages n’est quant à elle pas toujours rose, on est agréablement surpris par le charme pétillant et l’espoir revigorant qui s'en dégage (surtout qu’on se le pèle en ce moment).

Derrière cette intrigue immobilière, on découvre une solidarité qu'on pourrait facilement envier à nos amis moscovites. Là-bas, on pense collectif, ensemble c’est tout ! Evidemment, il y a plusieurs niveaux de lecture et l’on imagine la Russie d’aujourd’hui, bien assis sur son siège de théâtre parisien. Les choses ont-elles vraiment changé depuis les années 50 ? Les injustices quotidiennes se sont-elles résorbées, ou ont au contraire empiré ? On image la réponse sur fond de musique live (orchestre oblige) et de mezzo-soprano.

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé.png

On a aimé

  • Le couple d’apparatchiks so burlesque.
On a moins aimé.png

ON A MOINS AIMÉ

  • La clim dans le théâtre, en plein février, franchement...

AVEC QUI FAUT-IL Y ALLER ?

  • Un urbaniste.
  • Un russophile.
     
Avec qui faut-il y aller.png

ALLEZ-Y SI VOUS AIMEZ

  • Vous remplir un petit verre de vodka en douce.

Infos Pratiques

download.png

Mise en scène  
Julien Chavaz

download (1).png

Dates
Du 10 au 16 fév. 2018

download (2).png

Horaire
20h (mer-sam) 

Durée.png

Durée
1h45
 

Adresse.png

Adresse 
Théâtre de l'Athénée-Louis-Jouvet,
7 Rue Boudreau,
Paris 9

 

Avec.png

Avec
Sheva Tehoval, Jean-Pierre Gos, William Berger, Alexandre Diakoff, Cassandre Stornetta, Seraina Perrenoud, Nina van Essen, Yannis François, Steven Beard, Sergiu Saplacan

Prix.png

Prix
Plein tarif : 18-36€
Tarif réduit : 9-18€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !