« Maîtres anciens - Comédie » de Thomas Bernhard

Du 22 novembre au 22 décembre 2017

 
Mi figue, mi figue.png

NOTRE AVIS : Mi Figue, Mi figue

Pour être amoureux de l'art, il faut apprendre à le détester. Thomas Bernhard convoque le spectateur avec une texte férocement drôle à la mise en scène perturbante. 


J’ai besoin d’un auditeur, d’une victime en quelque sorte pour ma logorrhée musicologique.
 © Jean-Louis Fernand

© Jean-Louis Fernand


La pièce en bref

Parfois, il faut être en forme pour aller au théâtre. Maîtres anciens - Comédie de Thomas Bernhard impose d'avoir une santé solide. D'ailleurs, Reger, son personnage principal, nous attend de pied ferme. Pourquoi ? On le découvrira à la fin de la pièce. Enfin si, il a envie de parler. De nous parler de musique, d'art, de famille, de son pays et de deuil. De nous dire à quel point il les déteste. Tout un programme. Dès qu'il ouvre la bouche, la pensée de Reger entame une course erratique avec elle-même pour savoir sur qui elle tapera en premier. Son pays, l'Autriche, les artistes, en particulier Beethoven qu'il plombe avec férocité et même le tableau de l'Homme à la barbe blanche du Tintoret qu'il vient pourtant voir chaque jour depuis 30 ans. Cette logorrhée de détestation est savoureuse de justesse et d'intelligence, l'accumulation des banderilles ayant le mérite de nous faire bien marrer. 

Mais voilà, la déambulation mentale du texte peine à nous captiver. Ce n'est pas la densité qui provoque le décrochage, mais plutôt les effets de style qui tombent à plat. Un acteur principal enroulé dans un papier kraft, la venue d'une spectatrice sur scène pour jouer la femme de Reger, des pétards à mèche lentes et un dénouement étrange : malaise et pétard mouillé. Cette mise en scène perturbe la véhémence et l'humour du texte de Bernhard que Nicolas Bouchaud parvient tout de même, parfois, à transmettre.  

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé.png

On a aimé

  • Entendre dire que Beethoven est mauvais.
  • L'art de la répétition.
On a moins aimé.png

ON A MOINS AIMÉ

  • Les manières.

AVEC QUI FAUT-IL Y ALLER ?

  • Avec quelqu'un qui aime tout le monde.
Avec qui faut-il y aller.png

ALLEZ-Y SI VOUS AIMEZ

  • Thomas Bernhard.

Infos Pratiques

download.png

Mise en scène  
Nicolas Bouchaud, Eric Didry et Véronique Timsit

download (1).png

Dates
20 nov. au 22 déc. 2017

download (2).png

Horaire
19h (lun-sam)
 

Durée.png

Durée
1h30

Adresse.png

Adresse 
Théâtre de la Bastille
76, rue la Roquette
Paris 11

Avec.png

Avec
Nicolas Bouchaud

Prix.png

Prix
À partir de 17 €
 


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !