« Lettres à Felice » de Franz Kafka

Du 8 juin au 1er juillet 2018

 
Mi figue, mi figue.png

NOTRE AVIS : MI-FIGUE MI-FIGUE

Vous pensiez être un Dom Juan du texto ? Franz Kafka vous bat haut la main avec ses 500 lettres envoyées à la jeune Felice Bauer. Sur scène, Dominique Pinon (Kafka) et Isabelle Carré (Felice) jouent la correspondance amoureuse, et on se dit que parfois, un peu d’action ne fait pas de mal…


Chère Felice, j’ai relu ta lettre plusieurs fois. Environ vingt fois ce matin dès que je l’ai reçue…
  ©  Pascal Victor/ArtcomPress

© Pascal Victor/ArtcomPress


La pièce en bref

En ce moment, les correspondances amoureuses ont la cote. Après la publication des lettres d’amour de Nabokov à sa femme Véra et de celles de Camus à Maria Casarès, on adapte celles de Kafka à Felice Bauer. Et quand Franz rencontre Felice en 1912, rien ne va plus ! Il lui écrit jusqu’à trois lettres par jour, lui demandant les moindres détails de sa journée, implorant de savoir ce qu’elle porte, ce qu’elle dit et à qui. Un peu psychopathe sur les bords, le Kafka ? Oui, sans doute, ou tellement exalté de combattre sa solitude en écrivant autre chose que l’histoire d’un homme-insecte (il est en plein dans l’écriture de La Métamorphose). On le comprend. Ce qui est tout de même étrange, c’est de s’enflammer autant, et pendant plusieurs années, sur quelqu’un que l’on a croisé deux, voire trois fois dans sa vie. Notre Franz serait-il également érotomane ? Tant de questions qu’il est difficile de résoudre aujourd’hui, quand il est si facile d’envoyer un texto ou de prendre un oui-go pour rejoindre l’être aimé.  

Cette correspondance pourrait donc avoir un charmant goût vintage, un petit bonbon romantique épistolaire. Mais ça sent plutôt le périmé. La mise en scène est statique, les comédiens se lèvent parfois pour faire quelques pas avant de retourner sagement à leur chaise. Ah, Isabelle Carré boit une tasse de thé, attention, action ! Dans la salle, les spectateurs inclinent légèrement la tête pour s’endormir (ou est-ce une question d’apesanteur ?). Heureusement, Dominique Pinon les réveille en injectant de l’humour à cette lecture très figée, qui  intéressera surtout les passionnés de Kafka ou les fans du billet doux.

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé.png

On a aimé

  • Dominique Pinon en Franz Kafka, même si on ne peut s’empêcher de repenser à lui dans Amélie Poulain.
On a moins aimé.png

ON A MOINS AIMÉ

  • La mise en scène trop statique.

AVEC QUI FAUT-IL Y ALLER ?

  • Un adepte des correspondances amoureuses.
  • Quelqu’un qui reste concentré même quand il ne se passe rien.
Avec qui faut-il y aller.png

ALLEZ-Y SI VOUS AIMEZ

  • Trouver mille façons de dire « je vous aime ».

Infos Pratiques

download.png

Mise en scène  
Bertrand Marcos

download (1).png

Dates
8 juin au 1er juil. 2018

download (2).png

Horaire
19h (ven-dim)
 

Durée.png

Durée
1h10

Adresse.png

Adresse 
Théâtre de l'Atelier 1 place Charles Dullin
Paris 18

Avec.png

Avec
Dominique Pinon, Isabelle Carré

Prix.png

Prix
- de 26 ans : 17€
+ de 26 ans : 35€
 


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !