« Kroum » d'Hanokh Levin

Du  18 au 28 janvier 2018

 
Une réussite.png

NOTRE AVIS : Une réussite

L'Oblomov israélien (aka le roi incontesté de la procrastination) arrive sur la scène du TGP. Pour les indécis dans la salle, ça va envoyer !


Ce que j’ai connu jusqu’à présent, ça ne s’appelle pas vivre. Je me suis juste préparé
  © Anastasia Blur

© Anastasia Blur


La pièce en bref

Kroum revient de l'étranger : il n'a rien réussi, ne s'est pas marié, n'a même pas rapporté un cadeau à sa mère. Les voisins perfides s'en font gorge chaude. Il est pourtant ce personnage charismatique devant lequel on s'incline, comme le fiancé de Trounda, qui lui cède sa belle. Au pays, rien n'a changé, tous semblent enliser dans un ennui provincial. Que viennent à peine troubler des mariages expéditifs (seule planche de salut des jeunes filles), et la mort de Tougati, hypocondriaque notoire, à qui la maladie finira par donner raison. 

Le plus étonnant peut-être, dans cette pièce mise en scène par Bellorini avec la troupe du théâtre Alexandrinski de Saint-Pétersbourg, c'est qu'on croirait entendre un texte russe (et pas seulement parce que les acteurs jouent en russe, merci). L'ennui donc, l'incapacité à agir (Kroum parle d'écrire un roman mais ne s'y met jamais), tout cela n'est pas sans nous rappeler Tchekhov et Gogol. Or l'auteur, Hanokh Levin, n'est pas un de ces russes émigrés en Israël. Troublant donc. En guise de décors (réalisés par Bellorini himself), des cases de couleur empilées à la verticale, qui permettent de braquer les projecteurs sur telle ou telle pièce de l'immeuble, et ne sont pas sans rappeler les appartements communautaires de l'époque soviétique. Mise en musique — avec un pianiste à gauche de la scène se mue aussi en accordéoniste — la pièce est enlevée, les comédiens alternan chansons russes et italiennes (un peu d'exotisme ne fait pas de mal). Une découverte !

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé.png

On a aimé

  • Le jeu des comédiens russes.
  • La musique.
On a moins aimé.png

ON A MOINS AIMÉ

  • La scène avec la bombasse et son amant italien, trop boulevard.

AVEC QUI FAUT-IL Y ALLER ?

  • Un écrivain sans oeuvre.
  • Un russophile.
Avec qui faut-il y aller.png

ALLEZ-Y SI VOUS AIMEZ

  • Oblomov, le roman d'Ivan Gontcharov : le livre de chevet des adeptes de la procrastination.

Infos Pratiques

download.png

Mise en scène  
Jean Bellorini

download (1).png

Dates
18 au 28 jan. 2018

download (2).png

Horaire
20h (lun-sam)
15h30 (dim)

Durée.png

Durée
1h45

Adresse.png

Adresse 
TGP
59 bvd Jules Guesde
Saint-Denis

Avec.png

Avec
Vasilissa Alexéeva, Dmitri Belov, Ivan Efremov, Maria Kouznetsova, Vitali Kovalenko, Vladimir Lissetski, Alexandr Luchin, Dmitri Lyssenkov, Sergey Mardar, Yulia Martchenko, Marina Roslova, Olessia Sokolova et le musicien Michalis Boliakis

Prix.png

Prix
- de 26 ans: 12€
+ de 26 ans : 17€
 


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !