« Crowd » de Gisèle Vienne

Du 7 au 16 décembre 2017

 
Mi figue, mi figue.png

NOTRE AVIS : MI-FIGUE MI-FIGUE

On nous avait vendu du rave. De la fête, de la violence, du fantasme et de la sueur. Hélas, il en fut tout autrement.


Le plaisir est complexe, c’est-à-dire qu’il peut être proche du déplaisir, du rejet ou de la douleur.
— Gisèle Vienne
  © Estelle Hanania

© Estelle Hanania


La pièce en bref

On attendait beaucoup de ce spectacle. Une salle pleine à craquer, un dimanche après-midi, à Nanterre, sans navette, avec un vent à décorner les bœufs que nous sommes et une pluie glaciale pour nous saucer juste comme il faut. On avait l'impression, en lisant l'interview de Gisèle Vienne, d'être sur le point de vivre un véritable choc. Le propos était rudement intelligent, les thèmes de la violence, de la fête, du fantasme et des terrains vagues dans les années 90 avaient tout pour nous séduire. Et puis on nous a distribué des boules quiès, et c'est là que tout a (mal) commencé.

Un long (et lent, très lent) ballet de jeunes éphèbes en veste en jean et crop top qui se traînent mollement sur un plateau recouvert de terre. S'enquillant bière sur bière, faisant mine de se reconnaître, de se séduire, de se battre, à différentes vitesses, avec des arrêts sur image très photogéniques, juste comme il faut. Avec un fond de techno. Evidemment. Pourquoi évidemment ? Parce que la caricature n'est jamais très loin. Il y a la belle plante qui se dénude et se frotte à tout le monde, le relou qui balance ses miettes de chips en tournoyant comme une pie saoûle, le bellâtre qui se trémousse et la paria qui pleure au début, rit au milieu et s'effondre à la fin. Les couples se forment, fille-garçon d'abord et, oh suprise, mademoiselle embrasse goûlument sa voisine. Alors oui, il y a quelques très beaux moments, qui vous filent la chair de poule et tout le tintouin. Mais la performance est-elle à la hauteur du propos ? 

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé.png

On a aimé

  • Calimero (ou plutôt Calimera, la grande rejetée en parka verte).
On a moins aimé.png

ON A MOINS AIMÉ

  • Avoir un tympan crevé. 
  • L'odeur de cochon d'Inde, crevé lui aussi, en entrant dans la salle.
  • Se retenir de hurler pendant un énième ralenti : « Mais ramasse-la bordel cette foutue cannette et qu'on en finisse ! » 

AVEC QUI FAUT-IL Y ALLER ?

  • Un pote d'after, pour le côté identification et souvenir de matin chagrin.
Avec qui faut-il y aller.png

ALLEZ-Y SI VOUS AIMEZ

  • Danser en pleurant.
  • Les années 90.

Infos Pratiques

download.png

Mise en scène  
Gisèle Vienne

download (1).png

Dates
7 au 16 déc. 2017

download (2).png

Horaire
20h30 (mar-ven)
21h (sam) 
15h30 (dim)

Durée.png

Durée
1h30

Adresse.png

Adresse 
Nanterre Amandiers
7 avenue Pablo Picasso
Nanterre

Avec.png

Avec
Philip Berlin, Marine Chesnais, Kerstin Daley-Baradel, Sylvain Decloitre, Sophie Demeyer, Vincent Dupuy, Massimo Fusco, Rémi Hollant, Oskar Landström, Theo Livesey, Louise Perming, Katia Petrowick, Jonathan Schatz, Henrietta Wallberg et Tyra Wigg

Prix.png

Prix
- de 30 ans : 15€
+ de 30 ans :30€
 


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !