« Callisto & Arcas » de Guillaume Vincent

Du 15 au 27 septembre 2018

 
Une réussite.png

NOTRE AVIS : UNE RÉUSSITE
-SÉLECTION SEPTEMBRE 2018-

Quand la mythologie rencontre l’affaire #Metoo !


Maman si tu voyais ma vie.
 © Audoin Desforges

© Audoin Desforges


La pièce en bref

Guillaume Vincent poursuit son travail sur Les Métamorphoses d’Ovide avec une forme courte qui ravira ceux qui sortent tôt du travail et qui ne voudraient pas pour autant renoncer au plaisir d’aller boire un verre. Une heure après vous en serez sortis, et si vous estimez que c’est cher payé, on vous répète que ce n’est pas la taille (pardon, la durée) qui compte. Pour vous la faire courte (et parce que ça va vite) : Jupiter, ce coureur de jupons, s’éprend de Callisto, simple mortelle. Comme sa réputation n’est plus à faire, et que toutes les femmes sont sur leurs gardes, il se travestit pour mieux amadouer sa proie.

C’est notre cher Vincent Dedienne (à la ligne impeccable dans sa robe à paillettes - et oui, le physique ça compte aussi) qui officie dans le rôle. Callisto se débat au cours de leur rencontre dans une chambre d’hôtel où le dieu des dieux romains a pris les traits du terrible Weinstein (ou comparse) pour lui faire passer un casting. Elle sera violée et engendrera un fils, le petit Arcas. Junon (l’épouse de Jupiter), folle de jalousie, transforme sa rivale en ours. Le rejeton de cette dernière qui cherche sa mère dans la forêt subira le même sort, et ils seront projetés tous deux sur la voûte céleste où ils forment nos constellations préférées (la grande et la petite, il faut suivre). Le mérite de la pièce tient à ce qu’elle met ainsi en relief la dimension profondément patriarcale de ce qui pourrait apparaître à première vue comme une bonne histoire à raconter aux petits avant d’aller au lit. Encore du bon boulot de Guillaume Vincent, qui n’en finit pas de nous surprendre !

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé.png

On a aimé

  • Le prélude, qui mixe un extrait de Phèdre et une chanson de Michel Berger.

  • Emilie Incerti Formentini, la comédienne fétiche de Guillaume Vincent, toujours au top !

On a moins aimé.png

ON A MOINS AIMÉ

  • Quelques facilités d’écritures dans la scène de la chambre d’hôtel.

  • Ne pas tout entendre (ah, l’acoustique des Bouffes du Nord… )

AVEC QUI FAUT-IL Y ALLER ?

  • Une féministe qui aime rigoler.

Avec qui faut-il y aller.png

ALLEZ-Y SI VOUS AIMEZ

  • Mêler mythologie et actualité.

  • Quand Vincent Dedienne tient le haut du pavé.


Infos Pratiques

download.png

Mise en scène  
Guillaume Vincent

download (1).png

Dates
15 au 27 sept. 2018

download (2).png

Horaire
 18h30 (mar-sam)

Durée.png

Durée
0h55

Adresse.png

Adresse 
Théâtre des Bouffes du Nord
37 boulevard de la Chapelle
Paris 10

Avec.png

Avec
Vincent Dedienne, Anton Froehly, Emilie Incerti Formentini

Prix.png

Prix
A partir de 17€
 


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !