« Beggar's Opera » de John Gay & Johann Christoph Pepusch

Du 20 avril au 3 mai 2018

 
Mi figue, mi figue.png

NOTRE AVIS : MI-FIGUE Mi-figue
 

Beggar’s opera, c’est censé être L’Opéra de quat’sous du XVIIIème siècle : un monde de voyous amoraux, corrompus, riches comme pauvres. Robert Carsen (avec Ian Burton pour l’écriture, il faut citer les coupables) en livre une nouvelle version. Hélas, quand on veut trop « faire jeune », on se brûle les ailes.


Il est où pour moi l’profit ?
  ©  Patrick Berger

© Patrick Berger


La pièce en bref

Actualiser des œuvres originales a parfois du bon. Il faut toutefois un peu d’adresse. Ici, c’est un peu pataud. Le public rit à gorge déployée mais nous n'étions pas les seuls que les clins d’œil à l’actualité ont laissés de marbre. Surtout, la réécriture aurait pu servir à gommer (renverser ?) la misogynie de l’époque, qui s’en trouve au contraire renforcée. Deux femmes légères se partagent un homme dont elles sont raides dingues, et ce n’est pas le fait de s’apercevoir qu’il se fout d’elles qui va leur rendre la raison. Cela aurait pu être tragique, on tombe plutôt… dans le pathétique.

On peut s’interroger sur la pertinence de monter une telle œuvre aujourd’hui. Le discours « tous pourris » prend en effet des résonances étranges, auxquelles on n’est pas certain de vouloir s’accorder. Sans compter les clichés — l’actrice noire qui joue une prostituée habillée en panthère (ou léopard, on ne sait plus). Et le public qui se rince l’œil sur la blonde portant une combinaison de latex nous ont mis assez mal à l’aise. Reste les musiciens de l’ensemble des Arts florissants, toujours au top. Et la chorégraphie hip-hop sur la musique baroque, décidément un mélange gagnant (mais déjà vu, ne crions donc pas au génie). En somme, le tout tient plus de la comédie musicale que de l’opéra. Avis aux amateurs.

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé.png

ON A AIMÉ

  • L’ouverture avec la chorégraphie hip hop des bads boys du baroque, moving.
On a moins aimé.png

ON A MOINS AIMÉ

  • La réécriture, lourde et misogyne. 

AVEC QUI FAUT-IL Y ALLER ?

  • Vos grands-parents. 
  • Un fan de comédie musicale.
Avec qui faut-il y aller.png

ALLEZ-Y SI VOUS AIMEZ

  • Les combinaisons en latex. 
  • La très belle salle des Bouffes du Nord.

Infos Pratiques

download.png

Mise en scène  
Robert Carsen
William Christie

download (1).png

Dates
20 avr. au 3 mai. 2018

download (2).png

Horaire
20h30 (mar-sam)
15h30 (sam)

Durée.png

Durée
1h50

Adresse.png

Adresse 
Théâtre des Bouffes du Nord
Boulevard de la Chapelle
Paris 10

Avec.png

Avec
Robert Burt, Beverley Klein, Kate Batter, Benjamin Purkiss, Kraig Thornber,
Olivia Brereton, Emma Kate Nelson, Sean Lopeman, Gavin Wilkinson, Taite-Elliot Drew, Wayne Fitzsimmons, Dominic Owen, Natasha Leaver, Emily Dunn, Louise Dalton, Jocelyn Prah & les musiciens des arts florissants

Prix.png

Prix
A partir de 16€
 


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !