"Angels in America" de Tony Kushner

Du  11 novembre au  10 décembre 2017

 
Une réussite.png

NOTRE AVIS : UNE RÉUSSITE

Un portrait de l’Amérique des années 80 traversée par le SIDA, l’homosexualité, le racisme et Reagan. C’est violent, c’est anxiogène, c'est long. Mais on se prend au jeu de cette mise en scène puissante.


Eh bien moi je déteste l’Amérique, Louis. Je hais ce pays. Ce n’est qu’un ramassis de grandes idées et d’anecdotes, de gens qui meurent et de gens comme toi.
  © Pascal Gély

© Pascal Gély


La pièce en bref

C’était un beau pari que de de vouloir adapter sur scène une oeuvre d’une telle ampleur. Aurélie Van Den Daele l’a pourtant fait, tranquillou-billou comme on dit dans le ghetto. Portrait des Etats-Unis sous Ronald Reagan à la croisée des mondes entre conservatisme et libéralisme, on y croise une série de personnages touchants, traversés par une crise de valeur au coeur des maux de leur époque : SIDA, libéralisme, racisme, religion, sexualité… Un couple gay séparé par la maladie, le malade qui finit par se prendre pour un prophète après la révélation d’un ange, un infirmier stigmatisé pour sa couleur de peau, un avocat raciste et atteint du VIH, la découverte de son homosexualité pour un jeune homme en couple tandis que sa femme part en délire complet à force de forcer sur le valium.  

En adoptant une structure proche de la série télé avec saisons et épisodes, on suit ainsi l’évolution de ces personnages qui ont tous leur dose de désespoir. Chapeau bas à la lumière qui agit sur la scène comme la peinture d’un tableau. Chapeau bas aux acteurs qui offrent chacun une performance honorable. Chapeau bas à la mise en scène qui, en nous plongeant dans une ambiance oppressante, parvient à nous transmettre son mal-être existentiel. Et pourtant, pétris d'honnêteté, rongés par la sincérité, nous nous devons de vous confier que la sauce n’a pas vraiment pris. On a apprécié ce spectacle qui n’a rien de médiocre, mais on a eu du mal à en percevoir les codes de l’Amérique des années 80 (à part la bande-son quasi omniprésente). Peut-être parce que c’est un texte qui nous parle assez peu aujourd’hui en France. Peut-être parce que la mise en scène vole un peu la vedette à l’histoire. Peut-être parce qu’on s’était fait contrôler par la RATP sur le chemin du théâtre. Difficile à dire. On s’en remet donc à vous autres, allez donc à la Cartoucherie pour nous dire laquelle de ces raisons vous semble la plus cohérente.

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé.png

On a aimé

  • Les thèmes abordés.
  • La mise en scène frappadingue.
  • La bande-son (surtout).
On a moins aimé.png

ON A MOINS AIMÉ

  • Les délires de certains personnages.

AVEC QUI FAUT-IL Y ALLER ?

  • Un passionné des questions de genre
Avec qui faut-il y aller.png

ALLEZ-Y SI VOUS AIMEZ

  • L'Amérique (ou si vous la détestez, ça marche aussi).

Infos Pratiques

download.png

Mise en scène Aurélie Van Den Daele

,

download (1).png

Dates
11 nov. au 10 déc. 2018

download (2).png

Horaire
Intégrale

19h30 (ven-sam) 16h (dim)
Partie 1
20h30 (mer)
Partie 2
20h30 (jeu)

Durée.png

Durée
Partie 1 : 2h40
Partie 2 : 2h

 

Adresse.png

Adresse 
Théâtre de l'Aquarium
Route du champ de manœuvre
Paris 12

Avec.png

Avec
Antoine Caubet, Émilie Cazenave, Grégory Fernandes, Julie Le Lagadec, Alexandre Le Nours, Sidney Ali Mehelleb, Pascal Neyron, Marie Quiquempois

Prix.png

Prix
- de 26 ans: 20 €
+ de 26 ans : 30 €
 


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !