« Kvetch »
de Steven Berkoff

Du 2 au 28 février 2016

Une réussite

Notre avis : UNE RÉUSSITE

Dans une comédie délicieusement acide, Steven Berkoff dénonce avec brio l'hypocrisie des rapports humains.


Mes soirées ? Je reste enfermé chez moi…Fume à en crever…Me cure le nez.
©  Serge Périchon

©  Serge Périchon


La pièce en bref

Les « kvetchs », ce sont les petits tracas plus ou moins honteux du quotidien que l'on préfère garder pour soi. Chez Frank, représentant en textile et bon père de famille, ils sont aussi une seconde nature.  Un soir, dans un excès d'enthousiasme inexpliqué, Frank invite son collègue Hal à venir dîner chez lui. Proposition aussitôt regrettée, et pour cause : la cuisine de sa femme est infecte et sa belle-mère incapable de se tenir à table. Mais Steven Berkoff ne s'arrête pas là. Grâce à un formidable procédé de dédoublement, chacun des personnages nous livre le fond de sa pensée dans les moindres détails : rancune, angoisse, envies secrètes ou délires mégalomanes, tout y passe, et à voix haute s'il vous plaît. Le résultat est détonnant, et l'on imagine sans peine à quoi pourrait ressembler notre quotidien si l'on se libérait des conventions sociales : un véritable enfer. 

C'est au rythme grinçant de l'alto que Frank, Hal, Donna et Georges luttent contre leur envie de tout envoyer balader. L'excellent travail de mise en scène de Sophie Lecarpentier nous fait partager les peurs irrationnelles de ce petit cercle au bord de l'implosion, où la moindre parole de travers ferait enfin tomber les masques. Du côté du père de famille comme de celui du divorcé, c'est la même valse des regrets, dans un univers petit-bourgeois où l'on préfère se jeter par terre et se cacher dans les draps plutôt que de s'avouer vaincu.

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • La justesse avec laquelle chacun des personnages nous livre le fond de sa pensée. 
  • L'humour décapant de Fabrice Cals, parfait dans le rôle du mari frustré aux ambitions déçues.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Rire jaune, en réalisant à quel point le texte tape dans le mille.
  • Lorsque le fantasme de Franck devient réalité. Un peu poussif.  

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un collègue de travail

Allez-y si vous aimez

  • L'humour juif
  • Ne pas dire ce que vous pensez

 


Infos pratiques

Mise en scène  
Sophie Lecarpentier

Dates
2 au 28 fév. 2016

Horaire
18h30 (mar-dim)

Durée.png

Durée
1h15

Adresse
Théâtre du Rond-Point
2 bis av. Franklin Roosevelt
Paris 8

Avec
Stéphane Brel, Fabrice Cals, Anne Cressent, Julien Saada, Bertrand Causse

Prix
-30 ans : 16€
+30 ans : 29€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !