« Il cielo non è un fondale » 
de Daria Deflorian & Antonio Tagliarini

Du 9 au 18 décembre 2016

À ne pas manquer

Notre avis : À NE PAS MANQUER
-sélection décembre 2016-

Avec une douceur irrésistible, les deux metteurs en scène italiens nous mettent face à l'absurdité de notre rapport à ces espaces urbains que l'on traverse sans jamais vraiment les comprendre.


Ce moi, obèse…qui veut se raconter.
© Elizabeth Carrechio

© Elizabeth Carrechio


La pièce en bref

Deux hommes et deux femmes sur un plateau presque vide. Où sommes-nous ? Dedans, dehors, quelle importance ? Et si finalement nous n'étions bien nulle part ? C'est la question que l'on peut légitimement se poser en les écoutant nous parler de leur rapport à la ville, de la façon dont elle nous recouvre et nous déshabille, sans que « l'intérieur » (d'un salon, d'une cuisine, d'une chambre) ne soit jamais davantage qu'une solution de repli temporaire, dont on voudra finalement s'échapper tôt ou tard. Et si on bute sur un sans-abri en ressortant, on lui donnera une pièce, en espérant que quelqu'un nous voit. Car être en ville, c'est aussi chercher désespérément à être vu, entendu, approuvé, tout en se gardant une possibilité d'anonymat.

Debout, assis ou allongé sur un radiateur, chacun de ces quatre urbanisés nous livre sa pensée à voix haute, à travers de petites anecdotes finalement pas si anecdotiques, nous demandant parfois de bien vouloir fermer les yeux, histoire de passer au tableau suivant en douceur. Leur flot de paroles est réjouissant, leur humour un brin cynique dangereusement communicatif, et c'est avec un plaisir non dissimulé que l'on se laisse balader en bas de la rue, sur le pas de porte d'un restaurant ou dans les rayons d'un supermarché avant la fermeture, témoins que nous sommes de la solitude de ces abrités qui ne savent plus vraiment où se mettre.


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • La déclaration d'amour au radiateur. Les plus frileux se sentiront enfin compris.
  • La virée nocturne au supermarché.
  • L'humour de Daria Deflorian, nonchalant, délicat, inimitable !
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Les parties chantées.
     

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un citadin, bavard et désœuvré.
  • Un urbaniste-chauffagiste.

Allez-y si vous aimez

  • Parler avec la caissière.
  • Les bruits de la ville.


Infos pratiques

Mise en scène 
Daria Deflorian
Antonio Tagliarini

Dates
9 au 18 déc. 2016

Horaire
20h (mar-sam)
15h (dim)
 

Durée.png

Durée
1h30

Adresse
Ateliers Berthier
1 rue André Suarès
Paris 17

Avec
Francesco Alberici, Daria Deflorian, Monica Demuru, Antonio Tagliarini

Prix
-28 ans : 18€
+28 ans : 36€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !