« Doreen » 
de David Geselson

Du 13 au 24 mars 2017

À ne pas manquer

Notre avis : À NE PAS MANQUER
-sélection mars 2017-

Une invitation à partager l’intimité d’un couple uni au delà de la maladie et la mort. Alliant humour et émotion, voilà une adaptation très réussie de Lettre à D. d’André Gorz.


Tu n’as pas été une invitée dans ma vie, tu y es chez toi 
© Charlotte Corma

© Charlotte Corma


La pièce en bref 

On entre directement sur la scène, invités à traverser le salon pour piocher dans un buffet appétissant, se servir un verre de vin, avant de feuilleter tous ensemble un exemplaire de Lettre à D, déclaration d’amour d’André Gorz, journaliste français, à sa femme. Bref, on décide de nous placer au plus près de ce couple qui passe une dernière soirée ensemble à ressasser ses souvenirs. Doreen est malade et André ne veut pas lui survivre. Ce soir ils ont donc décidé de mourir ensemble.

Loin d’un Romeo et Juliette tire-larmes à souhait, la pièce alterne entre anecdotes relevant de leur histoire personnelle et faits à la fois politiques et littéraires qui ont marqué leurs vies. On apprend ainsi que Sartre, qui travaillait avec André aux Temps Modernes, était un gros dragueur qui faisait de l'œil à Doreen et que Godard avait la plume agressive ; mais aussi qu’il vaut mieux se déplacer à pied qu’en voiture (André, aidé d’une Doreen visionnaire, écrit un article dans lequel il démontre l’aliénation de la voiture et par ricochet, du capitalisme) ou encore qu’on peut se repérer dans une ville les yeux fermés en écoutant le bruit de la pluie qui tombe. Dans ce théâtre immersif, tout vient toucher nos sens : l’odeur du bois du mobilier années 70 de la scénographie (magnifique), les sons, les jeu de lumières, la subtilité des images. On se sent alors comme dans un cocon, bercés par la complicité du couple et enchantés par le talent des deux acteurs. Drôle et émouvant, on vous dit.


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • La proximité avec le public, qui donne la sensation de faire partie la famille.
  • La pluie diluvienne et l’orage illustrant la colère de Doreen.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Quelques scènes trop écrites.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un nostalgique des années 1970.
  • Votre âme sœur.

Allez-y si vous aimez

  • Romeo et Juliette (quand même).
  • Les apéros entre amis.


Infos pratiques

Mise en scène 
David Geselson

Dates
13 au 24 mar. 2017

Horaire
19h30 (mar-sam)

Durée.png

Durée
1h15

Adresse
Théâtre de la Bastille
74 rue de la Roquette
Paris 11

Avec
David Geselson, Laure Mathis

Prix
-30 ans : 14€
+30 ans : 24€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !