« Verso Medea »
d'Emma Dante

Du 10 au 28 mai 2016

Mi figue, mi figue

Notre avis : mi-figue, mi-figue

La sicilienne Emma Dante nous offre une Médée sauvage et impulsive, dont la folie dévastatrice nous enserre…sans doute un peu trop.


La nature humaine est obscure et aucun être n’est heureux en ce monde.
© DR

© DR


La pièce en bref

Pour ceux qui ne connaîtraient pas la tragédie d'Euripide, retenez ceci : Médée est une femme brisée. Abandonnée par Jason, mari infidèle dont elle porte l'enfant, elle se voit condamnée à l'exil par le roi de Corinthe, qui se trouve être également le père de la future épouse de Jason (vous suivez toujours ?). Après avoir donné naissance à son fils dans les pires souffrances, elle envisage de partir seule, laissant derrière elle une descendance dont elle veut s'affranchir. Mais sa soif de vengeance la pousse vers une solution plus radicale :  elle étouffera son fils et empoisonnera la future reine de Corinthe, condamnant Jason à ne jamais reproduire sa lignée. Avec à son geste, c'est la ville entière se voit frappée de stérilité. 

La Médée d'Emma Dante est provocante, lascive, libidineuse : moulée dans une robe noire semi transparente qui fait ressortir son ventre de femme enceinte, une lueur de folie dans le regard, elle hurle sa haine des hommes, et de ce monde dont on la sent étrangère. Pourtant l'alchimie ne prend pas, ou jamais complètement, comme si la tragédie refusait de se plier à l'interprétation fougueuse et radicale qu'en fait la sicilienne Emma Dante. On retiendra cependant la performance physique d'Elena Borgogni, impressionnante dans le rôle de Médée, et ce mélange de rage et de douceur avec lequel elle tient dans ses bras une couverture colorée censée prendre la forme du nouveau-né. Malheureusement, seuls les les airs joués par les frères Mancuso parviennent à nous faire ressentir quelques rares moments d'émotion. 


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Les conversations entre femmes de Corinthe, racoleuses et jouissives.
  • Les frères Mancuso, à la musique et au chant.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Le manque de nuance dans le jeu de Médée, qui laisse penser que souffrir consiste à hurler. 
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un amateur de drames amoureux et familiaux

Allez-y si vous aimez

  • La langue italienne
  • Les tragédies


Infos pratiques

Mise en scène  
Emma Dante

Dates
10 au 28 mai 2016

Horaire
20h30 (mar-sam)
15h30 (sam)
 

Durée.png

Durée
1h

Adresse
Théâtre des Bouffes du Nord
37bis bvd de la Chapelle
Paris 10

Avec
 Elena Borgogni, Sandro Maria Campagna, Salvatore D'Onofrio, Davide Celona, Roberto Galbo, Alessandro Ienzi 

Prix
-30 ans : à partir de 14€
+30 ans : à partir de 18€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !