« Une Maison de poupée » 
d'après Henrik Ibsen

Du 11au 15 octobre 2016

Une réussite

Notre avis : UNE Réussite
-sélection octobre 2016-

En adaptant Maison de poupée, Lorraine de Sagazan pointe la violence perverse des rapports de domination, la lutte toujours actuelle visant l’émancipation féminine, et toute liberté individuelle dans l’oppressant jeu social.


Il faut que je veille à être libre et il faut que je sois seule pour le faire.
© Lorraine de Sagazan

© Lorraine de Sagazan


La pièce en bref

Lorraine de Sagazan a décidé d’inverser les rôles principaux. Chez Ibsen, Nora Helmer demeure au foyer à s’occuper de ses enfants, et son mari Torvald prospère dans la finance, jusqu’au jour où il s’insurge contre son adorable épouse extorqueuse de fonds. La bienséance s’effondre, Nora arrête les faux-semblants et part vivre sa vie. Ici, Torvald erre chez lui, chante son désespoir à la guitare pendant que sa femme poursuit une carrière fulgurante, et offre du champagne à tous les repas.
La réussite de ce projet tient à la résonance contemporaine de son propos. Les normes sociales, les préjugés, les rapports entre dominant et dominé, les combats pour la liberté d’expression traversent malheureusement les époques. Il faut s’affranchir de la morale pour faire acte de courage, se sentir vivant pour ne pas être tenté de disparaître. Au cœur de la mascarade sociale, il faut oser redéfinir les mœurs, la famille, le mariage, l’amour. Dans ce spectacle mené sur un rythme très tenu, les comédiens investissent le plateau avec force, pertinence et humour, interpellent notre désir (collectif) de liberté d’acte et de pensée et notre vigilance vis-à-vis des concessions. « La société avance et toi, tu restes là ».


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • L’énergie et le talent des comédiens.
  • L’intervention discrète de Bonnie Tyler
  • « C’est contagieux le mensonge, ça détruit tout… ».
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Le dispositif trifrontal, vraiment superflu.
  • Le jeu des comédiens, parfois en force. Dommage, car tous montrent par ailleurs beaucoup d’inventivité et de naturel.
  • Les ballons brillants aux quatre coins de la scène.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Son ex.

Allez-y si vous aimez

  • Les classiques revisités.
  • Les revendications de liberté.


Infos pratiques

Mise en scène
 Lorraine de Sagazan

Dates
11 au 15 oct. 2016

Horaire
20h30 (mar-sam)
19h (mer)

Durée.png

Durée
1h30

Adresse
Théâtre de Vanves
12 rue Sadi Carnot
Vanves

Avec
Lucrèce Carmignac, Romain Cottard, Jeanne Favre, Antonin Meyer Esquerré, Benjamin Tholozan

Prix
-26 ans : 14€
+26 ans : 20€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !