« Une famille aimante mérite de faire un vrai repas »
de Julie Aminthe

Du 17 au 28 mai 2016

Mi figue, Mi figue

Notre avis : mi-figue, mi-figue

Bienvenue au sein d’une famille soi-disant ordinaire qui a bien du mal à cacher ses névroses : chez les Lemorand, tout ne va pas aussi bien qu’ils souhaiteraient nous le laisser croire. 


On n’est jamais dans son tort quand on aime.
© CRes à barbe

© CRes à barbe


La pièce en bref

Sur le papier, voici une famille tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Un papa, une maman, deux ados de 14 et 16 ans. Le premier coup de projo les surprend en plein chorus d’un chant de Noël. Tout semble normal et plaisible chez les Lemorand. Et pourtant, ne vous laissez pas abuser par les airs cajôleurs de la maîtresse de maison Barbara. Ni par la stature de bon père de famille de son mari.  Derrière la première se cache une mère ultra possessive, qui n’a jamais su couper le cordon et qui, à force d’impudeur et d’étreintes oppressantes, frise la relation incestueuse. Quand au second, obnubilé par la propreté, il ne jure que par lingettes micro-fibre, gants en latex et eau de javel. Voilà bien longtemps qu’il a déserté la place du père protecteur mais il continue de faire semblant, de faire comme si… Forcément, le couple qu’ils forment est un désastre pour leurs enfants. Ces enfants qui ne sont plus des bambins, mais des adolescents en souffrance. Perte de repères, désirs de fuite, tendances suicidaires : Gabriel drogué aux jeux vidéo n’a rien à envier à sa sœur Justine, froide et désenchantée à force d’hyperlucidité.

Sur un plateau qui tourne au gré de leurs folies respectives, les Lemorand nous dévoilent leur quotidien monstrueusement anormal. Est-ce la surenchère de névroses qui nous empêche d’entrer totalement dans ce spectacle ? Le traitement trop caricatural des personnages provoque-t-il une sorte de rejet ? Le père hygièniste incarné par un Philippe Girard ne nous émeut ni ne nous fait rire, prisonnier d’un jeu trop outrancier et seule Pauline Dau nous empoigne. Assise en grand écart sur le plan de travail ou encordée quelques mètres au-dessus de nos têtes, elle trouve le ton juste pour nous appeler au secours de sa famille aimante…

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • L’écriture incisive, noire et cruelle de Julie Aminthe.
  • Le décor façon carrousel en kit, qui s’effondre au fur et à mesure que sombrent les personnages.
  • L’interprétation de Pauline Dau, aussi touchante comédienne que talentueuse acrobate cordiste.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Le rapport entre les personnages, pas toujours clairement défini et donc peu compréhensible.
  • Le jeu parfois très/trop caricatural des comédiens.

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un ado aux envies de fugue
  • En famille - notre famille aimante à nous

Allez-y si vous aimez

  • Les huis-clos familiaux qui résonnent forcément en chacun de nous
  • L’écriture de Julie Aminthe, qui fait souvent mouche


Infos pratiques

Mise en scène  
Thibaud Rossigneux

Dates
17 au 28 mai 2016

Horaire
19h30 (mar-sam)

Durée.png

Durée
1h30

Adresse
Monfort
10, rue Brancion
Paris 15

Avec  
Elodie Mazev, Philippe Girard, Pauline Dau, Anthony Roullier

Prix
-30 ans: 10€
+30 ans: 16€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !