« Seuls » 
de Wajdi Mouawad

Du 23 septembre au 9 octobre 2016

Une réussite

Notre avis : Une réussite

Wajdi Mouawad a ouvert la saison de la Colline en petite tenue avec Seuls, superbe solo écrit il y a déjà plusieurs années, qui prend aujourd'hui une toute autre dimension.


Cela pourrait être n’importe qui et c’est bien là la douleur.
© Thibaud Baron

© Thibaud Baron


La pièce en bref

Wajdi Mouawad incarne dans Seuls un jeune thésard qui a bien du mal à conclure. Sa thèse, bien entendu. Cloîtré dans sa petite chambre d'étudiant montréalais, l'angoisse de la page blanche va progressivement le faire basculer dans un questionnement métaphysique autour de la langue et de l'identité. Un voyage en Russie à la rencontre de l'écrivain Robert Lepage va le conduire à rester une nuit entière enfermé par accident dans le musée de l'Hermitage de Saint-Pétersbourg, en proie à toute sorte de questionnements existentiels. Penser le monde dans une langue apprise fait-elle de nous un traître ? Peut-on retourner se blottir dans les jupons de sa langue maternelle sans devenir un autre homme ?

Cette question lancinante du dédoublement et de la duplicité contamine l'intégralité de la mise en scène, jusque dans la scénographie. La silhouette d'Harwan, projetée au milieu d'autres images sur les parois de sa chambre, apparaît comme une petite compagnie rassurante, qui tente vainement de se faire une place entre deux fantômes. Mais les multiples versions de lui-même n'en restent pas moins profondément Seul(e)s. Si Wajdi Mouawad ne sort pas ici de sa zone de confort, reprenant inlassablement les thèmes auxquels on l'associe — guerre du Liban, fardeau de l'histoire familiale, déracinement — on ressort de ce solo un peu sonné, et profondément ému.


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • L'idée de voir un directeur de théâtre en caleçon un soir d'ouverture de saison. On voit mal qui aurait eu le même culot.
  • Les conversations téléphoniques entre Harwan et sa sœur, désopilantes.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Le manque de surprise. Pour les inconditionnels de Mouawad, c'est un poil lassant.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un thésard sans conclusion.
  • Un libanais en exil.

Allez-y si vous aimez

  • Robert Lepage.
  • La Nuit au Musée, avec Ben Stiller.


Infos pratiques

Mise en scène 
Wajdi Mouawad

Dates
23 sept. au 9 oct. 2016

Horaire
19h30 (mar)
20h30 (mer-sam)
15h30 (dim)

Durée.png

Durée
2h

Adresse
La Colline - théâtre national
5 rue Malte Brun
Paris 20

Avec
Wajdi Mouawad

Prix
-30 ans : 15€
+30 ans : 30€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !