« Quand j'étais Charles »
de Fabrice Melquiot

Du 29 janvier au 14 février 2016

Mi-figue, mi-fgue

Notre avis : MI-FIGUE, MI-FIGUE

Dans un seul en scène touchant, Vincent Garanger interprète un fan de Charles Aznavour. Le spectacle de Fabrice Melquiot raconte les errances d’un homme tiraillé entre l’amour pour son ex-femme et l’adoration vouée à son idole.


Zabou arrête de te prendre pour Miss France tu vas finir à poil.
©  Jeanne Valès

©  Jeanne Valès


La pièce en bref

Charles est le fan numéro un de l’autre Charles. Le grand, l’incroyable Aznavourian. Quarante lettres d’admiration déjà envoyées au chanteur. À l’Attitude Club, un karaoké au cœur du Morvan, il interprète ses plus grands titres et anime la foule tous les week-ends. Mais Charles s’est séparé de sa femme, Maryse, coureuse de caleçons. Son fils ? Il s’en fiche, de toute façon il aimait trop Maryse pour aimer aussi ce rejeton. De digression en digression Charles, commercial en machines agricoles, joue avec les masques disposés sur scène de ces êtres qui l’entourent et le façonnent : sa femme, son fils, son idole, son marabout et lui-même. Car Charles finit par porter son propre masque, comme une doublure inconnue et tant éloignée des feux de la rampe auxquels est abonnée la star arménienne de la chanson française. Il interprète ces différents personnages en se cachant derrière chacun de leur visage, sa solitude amplifiée par ces dialogues imaginaires.

On tombe à coup sûr sous le charme de Vincent Garanger, comédien génial aux yeux rieurs, qui porte ce spectacle à bout de cordes vocales. Si on ne se lasse pas de sa performance, la mise en scène de Fabrice Melquiot nous agresse étrangement (choix de lumières audacieux ou aveuglants, selon le niveau de votre vue) et nous plonge parfois dans une atmosphère légèrement déprimante voire carrément anxiogène. Comme si ce pauvre Charles avait décidément raté sa vie, de n’avoir pas été le vrai Charles, de n’avoir pas su garder sa Maryse, ne n’être que lui finalement. Un charles comme un autre, faisant le show pour ne pas sombrer dans une immense mélancolie.

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Le veston à paillettes argentées de Charles.
  • La scène où Charles, accoudé au comptoir, explique à son copain qu’il s’est fait arnaquer dans l’achat de sa dernière machine agricole. On tombe alors définitivement en pâmoison devant Vincent Garanger.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Le stroboscope qui donne envie de vomir sur sa voisine.

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un fan de Charles Aznavour

Allez-y si vous aimez

  • Les jeux de masque
  • L'ambiance « karaoké-paillettes »

 


Infos pratiques

Mise en scène  
Fabrice Melquiot

Dates
29 jan. au 14 fév. 2016

Horaire
20h30 (lun)
20h30 (mer-sam)
16h (dim)

Durée.png

Durée
1h25

Adresse
TGP
59 bvd Jules Gesde
Saint-Denis

Avec
Vincent Garanger

Prix
-26 ans : 12€
+26 ans : 23€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !