« Poil de Carotte » 
d'après Jules Renard

Du 17 septembre au 2 octobre 2016

Une réussite

Notre avis : Une réussite

Silvia Costa sollicite un à un tous nos sens avec profondeur et imagination, créant par là un univers d'angoisse assez perturbant pour les chérubins dans la salle !


Personne ne m’aimera jamais, personne.
© Silvia Boschiero

© Silvia Boschiero


La pièce en bref

Assis sur des gradins couverts de paille, les oreilles éveillées par le bruit des oiseaux, le nez titillé par l'odeur de crottins et la vue intriguée par les quelques objets qui décorent la scène, nous voilà immédiatement transportés dans l'univers très réaliste du roman de Jules Renard. L'enfant à ma gauche s'interroge, regarde, sourit. Ses parents ont l'air nostalgique. La pièce commence. Un tourbillon de vie nous emporte dans celle de Poil de carotte, ce jeune enfant roux qui se décrit lui même comme« menteur, hypocrite, malpropre et boudeur », mais surtout mal aimé par sa mère et délaissé par son père. « Pourquoi font-ils ça, qu'est ce que ça signifie ? Pourquoi ? Pourquoi moi ? » crie-t-il désespéré. La crauté des personnages qui l'entourent, bouffons au sourire diabolique, l'emporte sur la douceur d'Annette, jeune servante qui aurait pu apporter un peu de légèreté au récit.

L'italienne Silvia Costa parvient avec brio à faire se succéder des tableaux variés, avec autant de rythme que de simplicité. Les décors se succèdent, se complètent et s'évanouissent dans un entremêlement de sons, d'ombres et de lumières, dans une atmosphère d'infinie noirceur.  Car même s'il souffle un vent d'humour sur ce spectacle, c'est avant tout de la violence des relations parents-enfants dont il est question. À bon entendeur, si vous comptiez y emmener votre petite nièce.

Octavie de Bouard Sarrabezolles


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • L'ingéniosité du décor.
  • La qualité de l'interprétation. 
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • L'ambiance somme toute très noire qui se dégage de la pièce, pas forcément en adéquation avec le public dans la salle...
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un enfant de 6 ans fan des 101 Dalmatiens. La ressemblance entre la vieille Lepic et Cruella d'enfer est frappante.
  • Un ami de moins d'1m65. Les grands dadais risquant le tassement de vertèbres sur des gradins si peu confortables. 

Allez-y si vous aimez

  • Le théâtre-pour-enfant-qui-n'en-est-pas-en-fin-de-compte.


Infos pratiques

Mise en scène 
Silvia Costa

Dates
17 sept. au 2 oct. 2016

Horaire
14h30 - 17h30 (mer et sam)
11h et 14h30 (dim)

Durée.png

Durée
0h45

Adresse
Nouveau Théâtre de Montreuil
10 Place Jean Jaurès
Montreuil

Avec
Delphine Chuillot, Elise Marie, Agathe Molière, Alexandre Soulié

Prix
-12 ans : 5€
+12 ans : 10€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !