« Phèdre(s) »
de Wajdi Mouawad, Sarah Kane & J.M Coetzee

Du 17 mars au 13 mai 2016

À ne pas manquer

Notre avis : À NE PAS MANQUER
-sélection MARS 2016-

Disons-le d'emblée, Warlikowski  monte avec cette Phèdre(s) un spectacle extrêmement exigeant, parfois à la limite de l'incompréhensible. Mais d'une beauté et d'une force prodigieuses.


Va-t’en
fous le camp
ne me touche pas
ne me parle pas
reste avec moi.
©  Pascal Victor

©  Pascal Victor


La pièce en bref

En entendant la merveilleuse voix de Norah Krief entonner l'une des plus belles chansons d'Oum Kalthoum (Al-Atlal) aux côtés d'une danseuse androgyne à moitié nue, on se demande bien où Warlikowski veut nous emmener. D'abord en pays arabe, avec une première Phèdre recomposée par Wajdi Mouawad,  qui va puiser du côté de Sénèque et d'Euripide. Crue, brutale même, cette Phèdre-Aphrodite nous décrit un viol originel dont l'humanité serait l'abject rejeton. On l'écoute, sans tout comprendre. Un premier suicide par pendaison laisse place à la Phèdre de Sarah Kane, provocante et désespérée, crachant ses humeurs dans le lavabo immaculé d'un hôtel cinq étoiles. Lorsqu'arrive enfin une troisième Phèdre en tailleur noir, drôle et insolente, invitée à animer une conférence sur Eros, la confusion est totale: que cherche-t-on à nous dire? Beaucoup, sans doute. 

La superposition d'images et de symboles est telle qu'il est impossible de ne pas se laisser emporter. Dans cette grande salle recouverte de petits carreaux de faïence se glisse un espace annexe, sorte de gigantesque boîte aux parois de verre, qui apparaît puis disparaît au gré des déplacements erratiques des Phèdre(s) et autres Hippolyte(s). Face à cette avalanche de références, notre seule issue reste l'acceptation. Inutile de tout comprendre : Phèdre(s) fait partie de ces spectacles dont la beauté suffit à nous convaincre.  Pourquoi cela ne serait-il pas suffisant?


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • La scène d'ouverture, bouleversante.
  • Isabelle Huppert, hypnotisante de grâce et de sensualité.
  • La superbe scène de coït entre Phèdre et Hippolyte, allongés sur un lit à peine plus large que leurs deux corps mis côte à côte.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Le côté trop cérébral de certains échanges, durant lesquels on cesse tout bonnement d'écouter. 
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un inconditionnel d'Isabelle Huppert...
  • ... qui n'a pas forcément lu Racine

Allez-y si vous aimez

  • Revisiter les classiques


Infos pratiques

Mise en scène  
Krzysztof-Warlikowski

Dates
17 mar. au 13 mai 2016

Horaire
20h (mar-sam)
15h (dim)

Durée.png

Durée
3h10
(entracte)

Adresse
Odéon - Théâtre de l'Europe
1, Place de l'Odéon
Paris 6

Avec
Isabelle Huppert, Agata Buzek, Andrzej Chyra, Alex Descas, Gaël Kamilindi, Norah Krief, Rosalba Torres Guerrero

Prix
-28 ans : 18€
+28 ans : 36€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !