« Où les cœurs s'éprennent » 
d'après Eric Rohmer

Du 6 au 19 janvier 2017

À ne pas manquer

Notre avis : à ne pas manquer
-sélection janvier 2017-

Deux films de Rohmer portés à la scène : pour les inconditionnels ou les novices, un régal !

Les 10 & 11 janvier 2017
UNE PLACE ACHETÉE = UNE PLACE OFFERTE
(oh non c'est complet)

Comment ça marche ?
1.  Je suis libre le 10 ou le 11 ? Je contacte Les 5 Pièces par mail pour obtenir mes places (premiers arrivés, premiers servis)
2.  Je reçois un mail de confirmation.
3.  Je retire et paye mes deux places au guichet le jour du spectacle, au prix spécial de 24€.


J’ai un besoin absolu de passer une nuit blanche de temps en temps.
© Pierre Grosbois

© Pierre Grosbois


La pièce en bref 

Dans Les Nuits de la pleine lune, Louise cherche à (re)trouver un espace de solitude au sein de son couple. Pour mieux aimer Rémi, elle s’aménage une « chambre à soi » dans Paris intra muros, histoire de continuer à voir ses amis et faire la fête, pendant que le pauvre Réré préfère passer ses soirées dans la petite couronne. Jusque là, vous vous reconnaissez. Mais est-ce parce qu’on « sort ensemble » que l'on doit nécessairement « sortir ensemble » ? La question mérite d'être posée. Parce que quelqu’un qui vous aime trop, ça tue l’amour. Dans Le rayon vert, autre film culte de Rohmer, il est aussi question de solitude. Sauf qu’elle est subie plus que choisie, et lorsque Delphine se fait lâcher par une copine avec qui elle devait partir en vacances quinze jours avant le départ, elle en a gros sur la patate. Mais alors comment meubler ces foutus congés payés? Pas question de partir seule ou dans en voyage organisé, encore moins de rappeler un prétendant qui vous dégoûte (quoique). S’ensuit alors une pérégrination sur les routes de France, d’abord en Bretagne, puis dans les Alpes, puis à Biarritz, pour cette héroïne qui a décidément la bougeotte et peine à trouver sa place, rêvant au grand amour. Mention spéciale à Marie Rémond, une Delphine toute en nuances, fragile et forte à la fois. 

Échapper à la solitude, d'accord, mais pas à n’importe quelle condition. Le parti pris de Thomas Quillardet a été de transposer les films de Rohmer à la scène de manière extrêmement fidèle, mettant en regard ces deux figures féminines, ce qui les rapproche et les éloigne — et notamment de nous. 


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Les dialogues de Rohmer.
  • Le ton, jamais pathos. Si ces amour(ettes) sont sérieuses, elles ne sont jamais désespérées.
  • Le train électrique, qui illustre à merveille les allers et venues pendulaires Paris-banlieue. 
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Une lecture un peu trop proche des films, qui pourra légèrement agacer ceux qui ont vu l'intégrale de Rohmer.
     
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Cette amie qui a du mal à trouver sa place.

Allez-y si vous aimez

  • Vous prendre pour une héroïne rohmérienne.


Infos pratiques

Mise en scène 
Thomas Quillardet

Dates
6 au 19 jan. 2016

Horaire
20h (lun-sam)

Durée.png

Durée
2h

Adresse
Théâtre de la Bastille
76 rue de la Roquette
Paris 11

Avec
 Benoît Carré, Florent Cheippe, Guillaume Laloux, Malvina Plégat, Marie Rémond, Anne-Laure Tondu Jean-Baptiste Tur

 

 

Prix
-30 ans : 14€
+30 ans : 24€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !