« Nous, rêveurs définitifs » 
de Clément Debailleul et
Raphaël Navarro

Du 2 juin au 3 juillet 2016

À ne pas manquer

Notre avis : À NE PAS MANQUER
-sélection juin 2016-

Embarquez en musique vers un monde où l’attraction terrestre a disparu, et où les balles des jongleurs restent suspendues dans les airs… Un monde où tout paraît possible, un monde comme dans un rêve.


La magie nouvelle c’est bien. La capillarité libérée c’est mieux.
© Clément Debailleul

© Clément Debailleul


La pièce en bref

Il y a d’abord, Ingrid Estarque. Mi-féline, mi-sirène. Une danseuse longiligne qui s’élève dans les airs. Comme ça, l’air de rien. De façon tellement naturelle qu’elle semble en apesanteur et que l’on se demande où l’on a atterri... Il y a aussi l’inénarrable Yann Frisch, qui fait apparaître et disparaître des objets avec une telle facilité qu’il semble lui-même étonné, voire navré et même exaspéré par tous ces tours de passe-passe. Ceux qui l’avaient découvert cette saison au Rond-Point dans le Syndrome de Cassandre apprécieront de renouer avec l’humour cinglant et la folle irrévérence de cet artiste. Et puis, il y a ce duo que forment le magicien vedette Eric Antoine et sa partenaire Calista Sinclair ; un duo qui va devenir quatuor poético-louffoque au gré des fantasmagories qu’ils nous réservent. Il y a, enfin, Etienne Saglio, qui fait voler une ampoule électrique soigneusement enrobée dans un sachet plastique. Il siffle doucement, lentement, sûrement, et l’objet se métamorphose en méduse aérienne. Et nous, spectateurs ébahis, suivons la trajectoire de cet OVNI luminescent avec des yeux d’enfant et des sourires béats.

Tout à coup, grâce à ces cinq artistes et à deux musiciens –une pianiste et un chanteur-, nous ne sommes plus Salle Renaud-Barrault. Nous ne sommes plus à Paris, dehors il ne pleut plus et le monde n’est plus malade. Grâce à eux, nous nous évadons deux heures durant vers une contrée faite de songes, de poésie et de surnaturel. Nous rêvons tout notre saoûl, nous nous shootons à la magie nouvelle et à l’illusionnisme burlesque. Et de retour sur la terre ferme, nous nous prenons à envisager une prochaine escapade bien plus définitive…


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Les OVNI d’Etienne Saglio.
  • Le duo délicieusement « not politically correct » de Yann Frisch et Eric Antoine.
  • La danse en apesanteur d’Ingrid Estarque.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Forcément, dans un cabaret (même magique !), comme au cirque, les numéros s’enchaînent et certains nous touchent moins que d’autres…
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Tout le monde, absolument tout le monde ! Car tout le monde a besoin de s’évader dans ce rêve éveillé auquel nous convie la Compagnie 14 :20

Allez-y si vous aimez

  • Rire sans limite
  • Rêver les yeux ouverts 


Infos pratiques

Mise en scène 
Clément Debailleul
Raphaël Navarro

Dates
2 juin au 3 juillet 2016

Horaire
21 (mar-sam)
15h30 (dim)

Durée.png

Durée
1h30

Adresse
Théâtre
du Rond-Point
2bis av. F. Roosevelt
Paris 8

Avec
Eric Antoine, Ingrid Estarque, Yann Frisch, Etienne Saglio, Calista Sinclair et les musiciens Madeleine Cazenave et Camille Saglio

Prix
-30 ans : 16€
+30 ans : 31€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !