« Mon traître »
de Sorj Chalandon

Du 4 au 29 janvier 2017

A ne pas manquer

NOTRE AVIS : À NE PAS MANQUER
-SÉLECTION janvier 2017-

Dans un récit à peine romancé, Sorj Chalandon raconte la trahison de son ami Denis Donaldson, leader de l’IRA et agent britannique pendant vingt-cinq ans.


Lorsque le petit français me regardait, je m’aimais.
© Giovanni Cittadini Cesi

© Giovanni Cittadini Cesi


La pièce en bref

A ceux que le théâtre contemporain laisse parfois perplexe, ici pas d’embrouille, une histoire, trois personnages, de l’émotion. C’est l’histoire d’un traître. De deux points de vue : celui du trahi, et de celui qui a trahi. Les deux romans de trois cents pages de Sorj Chalandon, Mon traître et Retour à Killybegs sont ici habilement condensés en une heure dix de spectacle. C’est d’abord Antoine qui prend la parole, l’ami, le luthier parisien qui soutient la lutte armée, héberge des combattants et raconte comment il a rencontré Tyron Meehan, qui lui a appris à pisser dans un pub irlandais. Ensuite, son fils Jack, qui tente de réveiller son père en chantant de façon déchirante Wake up Dead de Dave Mustaine. Enfin Tyron lui-même, allongé sous un linceul depuis le début de la pièce, se réveille pour raconter son histoire.  La performance de Jean-Marc Avocat est impressionnante.

Comment devient-on un traître ? Est-on traître à toute heure du jour et de la nuit ? Et avoir été l’ami d’un traître, est-ce avoir été floué de bout en bout ? Autant de questions essentielles soulevées par ce superbe spectacle. L’esprit de l’auteur est bien là. Chalandon, qui n’a voulu intervenir à aucun moment de la création — laissant toute liberté à Emmanuel Meirieu — a pleuré le soir de la première en avril 2013 à Lausanne. Comme tous les spectateurs dans la salle. Vous voilà prévenus. 


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé 

  • La pluie fine qui tombe pendant tout le spectacle : c’est l’Irlande, on s’y croirait.
  • Le minimalisme du décor : un micro dans le noir, et c’est tout (enfin presque). 
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • La musique, un peu tire-larmes.

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un sympathisant des irlandais catholiques.
  • Un potentiel agent double, pour le faire passer aux aveux.

Allez-y si vous aimez

  • Les histoires vraies.
  • Pleurer un bon coup.


Infos pratiques

Mise en scène  
Emmanuel Meirieu

Dates
4 au 21 jan. 2017

Horaire
21h (mar-sam)
15h30 (dim)

Durée.png

Durée
1h10

Adresse
Théâtre du Rond-Point
2bis av. Franklin Roosevelt
Paris 8

Avec
Jean-Marc Avocat, Stéphane Balmino, Laurent Caron

Prix
-30 ans: 18€
+30 ans: 33€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !