« Méduse»
d'après Alexandre Corréard et Jean-Baptiste Savigny

Du 4 au 14 octobre 2016

Mi figue mi figue

NOTRE AVIS : MI-FIGUE, MI-FIGUE

Et si l’on rouvrait le dossier concernant le tristement célèbre naufrage du radeau de la Méduse ? Si l’on invoquait, 200 ans plus tard, un nouveau jury pour tenter de trouver des explications ? Ce jury, chers spectateurs, c’est vous…


Vous dites que le 4ème jour vous n’aviez plus rien à manger, là nous sommes au 8ème jour et vous parlez de demi ration !
© Les Bâtards dorés

© Les Bâtards dorés


La pièce en bref

L’idée de départ de ce spectacle foisonnant, dense, touffu (trop peut-être ?...) est séduisante. Plutôt que pénétrer dans une salle de spectacle, on prend place dans une salle d’audience. Témoins, jurés (victimes ? bourreaux ?) nous sommes tous partie prenante et aurons un rôle à jouer dans ce nouveau procès lié au naufrage de la Méduse. La première partie est une joute oratoire entre Jean-Baptiste Savigny, chirurgien rescapé du naufrage et Thomas Adams, survivant lui aussi. Adams accuse Savigny du meurtre de sa femme sur le radeau. Du haut de son estrade, Madame la Juge a bien du mal à canaliser tant de ressentiment, de haine et de violence revancharde. Et si, pour juger l’horreur, il fallait la revivre ? Ce sera le propos de la seconde partie. D’un coup, sans trop que l’on sache comment, nous voici à bord du fameux radeau. À deux pas de nous, les quelques survivants se tabassent, se cognent, s’entredéchirent, s’autodévorent.

La folie collective s’est invitée sur le rafiot. Certaines scènes sont percutantes, visuellement troublantes : qu’aurions-nous fait, qui sommes-nous pour juger ? Le spectacle interroge, on n’en sort pas indemne. Dommage que l’on se perde un peu, à voir se télescoper scènes de tribunal, performances sur le radeau et autre « Ode Maritime ». Mais perdre ainsi le spectateur, c’est perdre les jurés : peut-être était-ce prémédité…


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé 

  • Le parti pris scénique, qui transforme la salle en cour d’Assise puis en radeau.
  • La fougue, la véhémence, la violence des jeunes comédiens.
  • La dessinatrice, en fond de salle et en direct.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • La partie chantée, un peu longuette.
  • Les digressions, même très drôles, sur les rapports agricoles (trop d’infos tue l’info).

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Des justiciers dans l’âme.
  • Des passionnés de voyages au long cours, des hommes libres qui chérissent la mer.

Allez-y si vous aimez

  • Les projets collectifs.
  • Réécrire l’histoire


Infos pratiques

Mise en scène  
Collectif Les Bâtards Dorés

Dates
4 au 14 oct. 2016

Horaire
21h (mar-ven)

Durée.png

Durée
1h45

Adresse
La Loge
77 rue de Charonne
Paris 11

Avec
Romain Grard, Lisa Hours, Christophe Montenez, Jules Sagot, Manuel Severi, Jean-Michel Charpentier et Lény Bernay

Prix
-25 ans: 10€
+25 ans: 16€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !