« Les Larmes d'Œdipe »
d'après Sophocle

Du 23 mars au 2 avril 2017

Seulement s'il pleut

NOTRE AVIS : SEULEMENT S'IL PLEUT

Avec ses Larmes d’Œdipe, l’auteur et metteur en scène libano-canadien nous fait malheureusement pleurer des larmes d’ennui…


Il n’y a pire injustice que celle commise par la justice.
© Pascal Gély

© Pascal Gély


La pièce en bref

Le spectacle débute par un noir complet de quelques minutes, durant lesquelles une voix masculine nous conte l’histoire d’Œdipe.  Accompagné de sa fille Antigone, qui est aussi sa sœur (car, comme chacun le sait, le pauvre homme a tué son père avant d'épouser sa mère pour ensuite se crever les yeux. « Drôle de vie » comme le disait si bien Véronique Sanson) ; il cherche maintenant un endroit paisible où s’éteindre. La scène s’éclaire enfin…mais demeurera dans la pénombre durant près d’une heure quarante. Les comédiens restent statiques autour d’un banc, en ombres chinoises, avec, devant eux, un rideau fait de fils fins et, derrière, un halo de lumières rouges orangées. Puis, arrive un étranger, le Coryphée, annoncant aux deux protagonistes qu’Athènes s’embrase après la mort d’un adolescent de 15 ans, Alexandros Gregoropoulos, tué par la police lors des manifestations de décembre 2008 contre la crise financière.

Pour clore « Le Dernier Jour de sa vie », un cycle rassemblant les sept tragédies de Sophocle, le directeur de la Colline Wajdi Mouawad a choisi de faire se rencontrer la Grèce actuelle et la Grèce antique. L’aveugle Œdipe pleure la mort du jeune Alexandros, des siècles et des siècles après la sienne... « Le monde va sa marche et l’histoire d’Œdipe se rejoue chaque soir. Le monde croit voir et ne cesse de se crever les yeux quand il est trop tard. » écrit l’auteur. Soit. Mais le lien entre les deux époques grecques est un peu bancal et alambiqué… Les comédiens Charlotte Farcet, Patrick Le Mauff et Jérôme Billy (très belle performance de chant lyrique !) portent avec justesse la plume de l’auteur ; mais enfin, toute cette verve poétique et cette sombre scénographie minimaliste ne sont tout de même pas loin de l’onanisme intellectuel.


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé 

  • Roupiller tranquillement sans être dérangé par quelconque action.
  • Récupérer la vue en sortant du théâtre.
  • Les chants lyriques.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Avoir mal aux yeux tout du long.
  • Ne pas voir les comédiens.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Surtout pas pour une première fois, le malheureux risquerait de ne jamais vouloir y remettre les pieds.

Allez-y si vous aimez

  • L'onanisme.


Infos pratiques

Mise en scène  
Wajdi Mouawad

Dates
23 mar. au 2 avr. 2017

Horaire
19h30 (mar)
20h30 (mer-sam)
15h30 (dim)

Durée.png

Durée
1h40

Adresse
La Colline
Théâtre National
15 rue Malte Brun
Paris 20

Avec
Jérôme Billy, Charlotte Farcet, Patrick Le Mauff

Prix
-30 ans: 10€
+30 ans: 30€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !