« Les Créanciers »
d'August Strindberg

Du 15 mars au 23 avril 2016

Mi-figue, mi-figue

Notre avis : MI-FIGUE, MI-FIGUE

Les Créanciers, une courte pièce écrite par August Strindberg en 1888, présente une double histoire d’amour entre une femme et deux hommes. Un chassé-croisé amoureux à découvrir au Studio Hébertot.


La puissance de la mémoire est infinie, celle des premières fois surtout.
© Slimane Brahimi

© Slimane Brahimi


La pièce en bref

Adolphe, peintre et sculpteur, est marié à Tekla, romancière renommée qui revendique sa liberté. Il fait la rencontre de Gustav, ex-mari de Tekla, quitté par celle-ci et qui le manipule. Taisant son identité, Gustav révèle à Adolphe le véritable visage de Tekla et le pousse au drame. Huis clos psychologique où il est question d’amour, de jalousie, de vengeance etde manipulation dans la société suédoise de la fin du XIXème siècle — moment charnière d’une certaine émancipation des femmes — la pièce se déroule comme un combat en trois temps. Gustav joue avec les sentiments de chacun comme dans une partie d’échecs, et l'on pourrait très bien être ici dans un drame shakespearien. À la lecture du titre, tout est dit: l’amour est un placement, et l’amoureux déçu, abandonné, en est d’autant plus profondément blessé que le retour sur investissement n'est pas à la hauteur. En amour, chacun joue un rôle, et le passé revient hanter les couples. Seul l’apurement des comptes peut apaiser les créanciers, même si la fin en est tragique.

Le metteur en scène, Frédéric Fage, a choisi de transposer cette pièce au temps présent: l’amour et l’abandon sont intemporels. Un décor assez sobre, un canapé rouge, point central, une statue, un fauteuil, un miroir, une cheminée et des photos projetées des acteurs tels des tableaux romantiques. Les trois jeunes acteurs, Benjamin Lhommas, Maroussia Henrich, Julien Rousseaux jouent avec talent cette histoire de rupture mal vécue, de relation envenimée. Manifestement le metteur en scène a voulu donner une dimension chorégraphique à travers la gestuelle et contribué à donner une dimension de tragédie antique à ce drame de la rupture ordinaire. Etait-ce vraiment nécessaire ? Reste le texte, magnifique et envoûtant, à voir et surtout à entendre.

Virginie Grandval


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • La qualité et l’intelligence du texte
  • La tension et le rythme de la pièce
  • L’accueil du théâtre
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • La gestuelle inutilement maniérée de la mise en scène
  • Les costumes
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • La femme de son meilleur ennemi

Allez-y si vous aimez

  • Les huis clos et la tension psychologique dans les sentiments amoureux


Infos pratiques

Mise en scène  
Frédéric Fage

Dates
15 mar. au 23 avr. 2016

Horaire
21h (mar-sam)
15h (dim)

Durée.png

Durée
1h30

Adresse
Studio Hébertot
78 bis, bvd des Batignolles
Paris 17

Avec
Maroussia Henrich, Benjamin Lhommas, Julien Rousseaux, Colombe Villaume, Aurélie Nezri

Prix
Unique : 15€
 


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !