« Les Cahiers de Ninjinski »
de Vaslav Nijinski

Du 3 au 24 novembre 2016

Une réussite

Notre avis : À NE PAS MANQUER
-sélection novembre 2016-

Entre voix et corps, équilibre et déséquilibre, la mise en scène que nous offrent Brigitte Lefèvre et Daniel San Pedro des Cahiers de Nijinski est un véritable moment de grâce, servi à la perfection par le duo Guerri-Hervieu-Léger. 


Je suis un malade qui a de la raison.
©  François Rousseau

©  François Rousseau


La pièce en bref

En 1919, âgé de 30 ans, l’éblouissant danseur Vaslav Nijinski, créateur de L’Après-midi d’un faune, sombre dans la schizophrénie. Interné, il ne dansera plus jamais. Ses Cahiers, écrits peu de temps avant, comme dans un sursaut de conscience, nous livrent ses souvenirs, ses pensées, ses sentiments, sur sa vie et son art. Sa prose, fiévreuse et tourmentée, proche du naufrage, nous fait saisir l’immense paradoxe de cet artiste qui, au moment de se renfermer en lui-même, ouvre les vannes et libère une dernière fois sa pensée.

Brigitte Lefèvre et Daniel San Pedro nous offrent une mise en scène à la hauteur de ce texte bouleversant. Sur un plan dangereusement incliné, dont la blancheur évoque aussi bien une page vierge que les montagnes suisses où Nijinski écrit, un comédien et un danseur incarnent en duo ce personnage sans cesse en conflit entre équilibre et déséquilibre. Clément Hervieu-Léger, de la Comédie-Française, prête sa voix aux mots de Nijinski et nous transperce par la justesse de son interprétation. Jean-Claude Guerri, de l’Opéra de Paris, incarne, lui, une ombre, une présence, tantôt en retrait, tantôt dominatrice, presque toujours silencieuse. Pour autant, théâtre et danse, voix et corps, ne sont pas opposés de façon simpliste : la mise en scène nous offre des pistes, jamais des solutions faciles. Le jeu des corps et des regards, l’extrême présence des deux interprètes, le minimalisme percutant de la scénographie nous aspirent totalement dans les pensées de Nijinski, et l’on ressort de ce spectacle vacillant, ébranlé, comme après un tour de montagne russe. Accrochez vos ceintures, préparez-vous pour le décollage ! 


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Le symbolisme de la scénographie.
  • Clément Hervieu-Léger, bouleversant de justesse.
  • Jean-Claude Guerri, silencieux tout en imposant sa présence (malin !). 
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • La salle Maurice Béjart de Chaillot, vétuste et mal isolée.
  • La moyenne d'âge de la salle. Jeunes gens, courez à Chaillot !

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un inconditionnel de danse contemporaine.
  • Cet ami un peu fou que vous soupçonnez d'être à plusieurs dans sa propre tête.

Allez-y si vous aimez

  • Le minimalisme.
  • Verser une petite larme.

 


Infos pratiques

Mise en scène  
Brigitte Lefèvre
Daniel San Pedro

Dates
3 au 24 nov. 2016

Horaire
19h45 (jeu)
20h45 (mer-sam)

Durée.png

Durée
1h15

Adresse
Théâtre National de Chaillot
1 Place du Trocadéro
Paris 16

Avec
Clément Hervieu-Léger, Jean-Claude Guerri

Prix
-de 27 ans : 13€
+de 27 ans : 35€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !