« Le Vivier des noms » 
de Valère Novarina

Du 18 au 26 janvier 2017

Une réussite

NOTRE AVIS : une réussite

Jeux de mots, répétitions, chansons, néologismes et verlan : bienvenue dans l’univers merveilleux de Valère Novarina.


Le réel et moi ça fait deux.
© Pierre Grosbois

© Pierre Grosbois


La pièce en bref

Assister au Vivier des noms, c’est comme se pointer à un défilé de mots. Sauf qu'ici, le créateur en vogue s'appelle Novarina, et que sur son podium vont défiler des personnages pour le moins hétéroclites : un motard, le professeur (oui, le pauvre), ceux qui aiment la viande (sauf les licornes), le délivreur aux pieds nus, une femme causant à son cailloux, Adam sans Ève, la femme à l’ananas… Ils entrent par le sortoir et sortent par l’entroir. Ils chantent, déblatèrent, s'exclament... Bref, un vrai deboularium ! Un seul mot d'ordre : ne pas chercher à tout comprendre et se laisser emporter par cette enfilade de logorrhées que l'on aimerait noter sur son calepin.

« Nodnaba, ettehcruof, trferp». Le recours au verlan et autres subtilités langagières sont un bon prétexte pour s’interroger sur la capacité de l’homme à faire causette, et à se poser les bonnes questions (existentielles, sinon à quoi bon ?), parmi lesquelles l’humanité et la trom (la mort quoi). La scénographie prend parfois des airs de dico géant, chacun portant à bout de bras de grands panneaux dessinés. Au plaisir de l'oreille s'ajoute donc celui des mirettes. Et lorsqu'on sait que Novarina approche bientôt des 70 printemps, on se réjouit d'apprendre par son intermédiaire que l’âge légal de la mort a été reculé.

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé 

  • Se faire berner.
  • Prendre un petit cours de gym (mentale).
  • Le présentateur télé, un véritable délice.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Les deux philosophes qui se taillent la bavette sous un arbre.

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un petit dico de Novarinien (qui n'a pas encore été édité. On attend quoi au juste?).
  • Un accro au Kamoulox (mais si, la parodie du jeu Pyramide, ça vous dit rien ?)

Allez-y si vous aimez

  • Aiguiser votre verve.
  • Les conversations absurdes.
  • Rester assis pendant 2h20.


Infos pratiques

Mise en scène  
Valère Novarina

Dates
18 au 26 jan. 2017

Horaire
20h30 (mar-ven)
19h30 (mer-sam)
16h (dim)

Durée.png

Durée
2h20

Adresse
Théâtre 71,
3 Place du 11 novembre
Malakoff

Avec
Ivan Hérisson, Julie Kpéré, René Turquois, Dominique Parent, Claire Sermonne, Agnès Sourdillon, Nicolas Struve, Valérie Vinci, Christian Paccoud 

Prix
-30 ans: 14€
+30 ans: 27€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !