« Le Vide »
de Fragan Gehlker, Alexis Auffray et Maroussia Diaz Verbèke

Du 2 au 21 mai 2016

Une réussite

Notre avis : UNE Réussite
-sélection mai 2016-

Au son déchirant du violon, un homme s'élève à 18 mètres de hauteur au moyen de cordes lisses qui se détachent une à une du plafond. Et recommence, sans ciller. Un spectacle vertigineux !


Il faut imaginer Sisyphe heureux.
© Compagnie des femmes à barbe

© Compagnie des femmes à barbe


La pièce en bref

Difficile de faire le lien entre le cirque, Sisyphe, et son rocher. Et pourtant : à voir l'acharnement avec lequel Fragan Gelkher répète inlassablement les mêmes gestes, on se dit qu'il doit forcément y avoir un rapport. Juché sur un matelas en équilibre instable, il semble choisir au hasard l'une des longues cordes blanches accrochées au plafond, se hisse lentement, de plus en plus haut, de plus en plus vite…et puis la corde lâche. Et notre homme tombe dans le vide, le tout sur un air de violon. Mais comme Sisyphe avant lui, il ne se démonte pas face à l'absurdité de la tâche, et remonte. On ignore ce qu'il cherche, s'il a conscience du danger, si derrière ce côté bricolé se cache une incroyable maîtrise du risque et de la peur.

On peut voir dans cet étonnant « essai de cirque » un message que chacun interprétera à sa façon. Fragan Gelkher et son acolyte semblent nous dire : « Ne renonce pas. Réessaye. Cette fois, ce sera peut-être la bonne. Allez, une petite dernière…et puis non. Ça retombe. Ça ne sert à rien. Tout n'est que rafistolage. ». On choisira alors ou non de souscrire à cette phrase merveilleuse, écrite à la peinture blanche sur des planches de bois tenues à bout de bras par un violoniste sur roulettes à l'issue de la représentation : il faut imaginer Sisyphe heureux. À méditer pour ceux qui sont sur le point d'abandonner.


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Découvrir un espace qui permette autant de fantaisie acrobatique
  • Voir un violoniste faire du roller. Ça faisait longtemps
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Se tordre le cou à regarder en l'air, avec le sentiment —infondé— qu'il va tomber si l'on arrête
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un ami qui n'ose pas monter sur un escabeau
  • Un ami qui a le renoncement facile

Allez-y si vous aimez

  • L'éternel recommencement
  • Le mythe de Sisyphe


Infos pratiques

Mise en scène  
Fragan Gehlker, Alexis Auffray Maroussia Diaz Verbèke

Dates
2 au 21 mai 2016

Horaire
20h (lun-sam)
16h (dim)

Durée.png

Durée
1h

Adresse
Monfort
10, rue Brancion
Paris 15

Avec
Fragan Gehlker, Alexis Auffray Maroussia Diaz Verbèke

Prix
-30 ans: 10€
+30 ans: 16€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !