« Le Temps et la Chambre » 
de Botho Strauss

Du 6 janvier au 3 février 2017

À ne pas manquer

NOTRE AVIS : À NE PAS MANQUER
-sélection JANVIER 2017-

Une pièce étrange et indescriptible, de l'avis même du metteur en scène. Si avec ça vous n'êtes pas intrigués…  


Je n’arrive pas à recoller les morceaux.
© Michel Corbou

© Michel Corbou


La pièce en bref

Olaf et Julius devisent tranquillement dans des fauteuils de cuir, (un des seuls éléments de décor), quand l’un des deux se lève et regarde par la fenêtre, tout en décrivant une femme qui fait irruption dans la pièce peu de temps après : Marie Steuber, suivie de celui qui devait l’attendre à l’aéroport mais l’a ratée pour avoir eu cinq minutes de retard (vous suivez?). Les personnages continuent ainsi à débouler (l’homme qui cherche sa montre perdue lors d’une soirée la veille, celle qui cherchait à revoir l’homme qui l’a draguée à la même soirée et ne portait pas de montre). Puis c’est Marie Steuber qui va à la fenêtre et décrit un homme sauvant une femme d’un immeuble en flammes…qui ne manquent pas eux aussi (évidemment !) d’entrer dans la pièce à leur tour. La seconde partie de la pièce est centrée autour de Marie Steuber, de ses rencontres réelles ou rêvées, dans un ordre pour le moins imaginaire.

Une narration éclatée, un temps disloqué, de l’absurde à la Beckett et des dialogues à la Sarraute (genre Pour un oui pour un non), la pièce de Botho Strauss est indescriptible.  Montée d’abord par Chéreau, Françon reprend la même traduction de Vinaver et rend accessible – voir lumineuse – cette pièce si « étrange ». On se laisse prendre par les dialogues que cette formidable brochette de comédiens (et la colonne rouge, elle-même douée de parole, qui n'hésite pas à se fendre d'un commentaire ) parvient à rendre accessibles, sans jamais tomber dans le bavardage.


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé 

  • Les comédiens, parfaits.
  • Le décor de Jacques Gabel.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Aurélie Reinhon, seul point faible de la distribution.

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un acolyte qui ne risque pas d'être rebuté par un enchaînement de dialogues somme toute peu classique. 

Allez-y si vous aimez

  • Vous prendre pour Médée (on ne vous dit rien, mais une scène d'anthologie vaut le détour).


Infos pratiques

Mise en scène  
Alain Françon

Dates
6 jan. au 3 fév.2017

Horaire
19h30 (mar)
20h30 (mer-sam)
15h30 (dim)

Durée.png

Durée
1h40

Adresse
La Colline - Théâtre National
15 rue Malte Brun
Paris 20

Avec
Antoine Mathieu, Charlie Nelson, Gilles Privat, Aurélie Reinhorn, Georgia Scalliet de la comédie française, Renaud Triffault, Dominique Valadié, Jacques Weber, Wladimir Yordanoff, Anouk Grinberg (voix)

Prix
-30 ans: 15,50€
+30 ans: 30,50€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !