« Le Radeau de la Méduse »
de Georg Kaiser

Du 15 au 30 juin 2017 

Notre avis : mi-figue,mi-figue

À quoi s'attendre en allant voir le dernier spectacle de Thomas Jolly ? À une bande d’enfants perdus sur un bateau, pour une performance à mi-chemin entre Les Choristes et Koh Lanta…


Nous ne sommes que des enfants.
© Jean-Louis Fernandez

© Jean-Louis Fernandez


La pièce en bref

Après un terrible naufrage, 12 enfants rescapés tentent de survivre sur un radeau. Ballotés en pleine mer, ils découvrent la présence d’un treizième larron, un rouquin qu’ils surnomment « P’tit renard ». Persuadés que le chiffre 13 porte malheur, tous vont donner libre cours à leurs peurs et leurs superstitions…

Vous l’aurez compris, Le Radeau de la Méduse a quelque chose à voir avec l'idée du groupe et de la communauté, questions ô combien passionnantes par les temps qui courent. Hélas, plus de finesse dans le traitement du sujet n'aurait ici pas fait de mal, tant l'ensemble reste dramatiquement plat. Tout est dit, et rien n’est suggéré : même les biscuits dévorés par les mouflets sonnent comme des bruits préenregistrés ! Prendrait-on le spectateur pour un benêt incapable de se faire une idée par lui-même, voire, allez, de faire preuve d'un brin
d'imagination ? Et pour ne rien arranger, les deux personnages principaux ne sont que caricatures d'eux-mêmes : le gentil ne doute jamais et la méchante se cantonne… à un rôle de connasse. Où est la complexité ? Aussi subtile qu’un thriller US, la pièce ressemble beaucoup à The Mist de Stephen King, où des gens normaux se retrouvent enfermés avant de devenir fous, avec brouillard qui fait peur et enfant bouc-émissaire. Ici le temps se fait long, très long…. Reste le sublime décor qui ressemble, évidemment, au tableau de Géricault


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Le personnage de « P’tit renard » : muet mais intense.
  • Le décor, la scénographie et les sublimes nuages en arrière-plan.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • L’actrice principale qui articule mal.
  • Les sons et lumières puissance 1000 (ultra show off).
  • Une fin atroce qui donne envie de finir sa soirée au Xanax.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Moundir de Koh Lanta.

Allez-y si vous aimez

  • Les histoires qui tombent à l'eau.


Infos pratiques

Mise en scène  
Thomas Jolly

Dates
15 au 30 juin 2017

Horaire
20h (mar-sam)
15h (dim)

Durée.png

Durée
1h45

Adresse
Ateliers Berthier
1 rue André Suares
Paris 17

Avec
Youssouf Abi-Ayad, Éléonore Auzou-Connes, Clément Barthelet, Romain Darrieu, Rémi Fortin, Johanna Hess, Emma Liégeois, Thalia Otmanetelba, Romain Pageard, Maud Pougeoise, Blanche Ripoche, Adrien Serre

Prix
- de 28 ans : 18€
+ de 28 ans : 36€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !