« Le Misanthrope »
de Molière

Du 5 au 30 janvier 2016

Une réussite

Notre avis : Une Réussite
-SÉLECTION JANVIER 2016-

 

Célébrer les Molière mis en scène par Vitez et se les approprier, tel était le but premier de Gwénaël Morin. Il s’en est écarté, mais le résultat final est une véritable merveille !


Plus on aime quelqu’un, moins il faut qu’on le
flatte. A ne rien pardonner le pur amour éclate.
— Alceste, Acte II, scène 4
© Pierre Grosbois

© Pierre Grosbois


La pièce en bref

La scène, immense, est nue. Il n’y a qu’une grosse caisse, blanche, et puis ces lumières, aveuglantes, dirigées vers le plateau et sur le public. Soudain, le rituel théâtral se met en place, une jeune fille apparaît, traverse la scène et frappe de toute ses forces cette caisse énorme. Les trois coups du brigadier retentissent et la pièce débute. Au départ, impression d’une certaine fausseté, d’une colère un peu vaine, caricaturale. Alceste et Philinthe se disputent sur les marches du théâtre. Lamentations d’Alceste, qui fustige tous ces courtisans, leur absence de sincérité. Philinte rétorque, évoque cette femme, Célimène qu’Alceste aime, et qui représente pourtant tout ce qu’il hait. Voilà qu’elle surgit. Elle porte une robe bordeaux, a les cheveux courts et blonds. C’est Pierre Laloge qui prête son corps et sa voix au personnage, et rarement on a vu meilleur choix. Il est cette Célimène jeune et mâture, certaine d’elle-même, que tous veulent et qui se refusent à tous. La pièce, là, n’est plus le portrait d’un homme jeune ou vieux, d’un Alceste refusant le jeu de la société. Elle est un écrin parfait pour ce personnage de Célimène que tous se disputent sans réellement vouloir s’y confronter. Calme, drôle, souvent détachée, elle seule a compris que le rapport à l’autre était un jeu, et qu’il ne tenait qu’à soi le rendre réel et sincère ou bien implacable et faux.

Autour de Célimène, les corps virevoltants, tendus ou souples, et les voix claires d’une troupe de jeunes acteurs de Lyon. Sourire lorsque l’on apprend que les rôles ont été distribués un peu au hasard, qu’il a fallu du temps, parfois, pour les accepter. Ils font un travail précis et puissant, conférant au texte une force et une vivacité nouvelles. Courez voir l’intégrale !

Margaux Daridon


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Pierre Laloge, en Célimène maîtresse d’elle-même et sublime.
  • La présence des acteurs partout dans la salle, scène et gradins.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Quelques effets de voix, légèrement surjoués.
  • Le bruit des feuilles du texte de la pièce, distribué avant le spectacle, et que suit une partie du public.

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un(e) ami(e) déprimé(e), après tout ira mieux !

Allez-y si vous aimez

  • Rire et réfléchir
  • La nouveauté dans un texte mille fois représenté


Infos pratiques

Mise en scène  
Gwenaël Morin

Dates
5 au 30 jan. 2016

Horaire
20h (ven-sam)

Durée.png

Durée
1h40

Adresse
Théâtre
Nanterre-Amandiers
7 avenue Pablo Picasso
92000 Nanterre

Avec

 Mickaël Comte, Marion Couzinié, Lucas Delesvaux, Chloé Giraud, Pierre Laloge, Martin, Julien Michel, Maxime Roger, Judith Rutkowski, Thomas Tressy.

Prix
Tarif unique : 5€
 


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !