« Le Canard sauvage »
d'Henrik Ibsen

Du 6 au 14 janvier 2016

A ne pas manquer

Notre avis : À ne pas manquer
-SÉLECTION JANVIER 2016-

Une pièce magistrale et mystérieuse sur le triomphe du mensonge et la précarité de la vie, dans une magnifique mise en scène de Stéphane Braunschweig.


On ne grandit pas sans que quelque chose ne soit abîmé en nous !
© Elizabeth Carecchio

© Elizabeth Carecchio


La pièce en bref

Gregers, fils d'un riche industriel ayant fait fortune dans le commerce du bois, découvre que son père s'est rendu coupable du déshonneur de la famille Ekdal. Rongé par le remord, il se met en tête d'aller au bout d'une mission dangereuse : celle de révéler à Hjalmar Ekdal, au nom d'un idéal de vérité et de transparence, le passé de sa femme Gina et le secret qui pèse sur sa fille Hedvig. La petite famille vit chichement dans un appartement du centre ville, auquel est rattaché un étrange grenier, sorte de reconstitution de forêt artificielle, où niche un singulier canard sauvage. Gregers s'introduit insidieusement dans le foyer afin de mettre son plan à exécution. Au cours d'échanges de plus en plus intenses et déroutants, chacun des personnages va dévoiler sa part d'ombre et de folie: Hjalmar se prend pour un génial inventeur en devenir ; Gina semble expier une faute en se dévouant corps et âme à son mari ; Hedvig voue à son père un amour inconditionnel, aveugle presque dérangeant. 

Dans une scénographie aux couleurs froides et aux espaces anguleux, le plateau s'incline peu à peu, créant une impression de glissement vertigineuse. Derrière la chaleur apparente de l'intérieur en bois clair, « la forêt se venge », se faisant tour à tour ombrageuse, menaçante, et néanmoins magnétique. Contrairement aux personnages, elle résiste aux vaines tentatives de masquer une réalité qui finit toujours par voler en éclats. Une question persiste, lancinante, et laissée sans réponse : la vérité est-elle préférable au mensonge ?

Alicia Dorey


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • La scénographie, qui vous donne le vertige, au propre comme au figuré.
  • Une mise en scène et une direction d'acteurs proches de la perfection.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • L'engouement autour du canard est difficile à comprendre sans avoir lu au préalable une présentation sommaire de la pièce. 

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un ami de la forêt

Allez-y si vous aimez

  • Les secrets de famille
  • Les canards suicidaires
  • Les pièces cérébrales


Infos pratiques

Mise en scène  
Stéphane Braunschweig

Dates
6 au 14 jan. 2016 

Horaire
19h30 (mar)
20h30 (mer-sam)
15h30 (dim)

Durée.png

Durée
2h30

Adresse
Théâtre de la Colline,
15 rue Malte-Brun
Paris 20

Avec
Suzanne Aubert, Christophe Brault, Rodolphe Congé, Claude Duparfait, Charlie Nelson, Thierry Paret, Chloé Réjon, Anne‑Laure Tondu

Prix
-30 ans : 14€
+30 ans : 20€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !