« La version Browning»
de Terence Rattigan

Du 1er septembre 2016 au 22 janvier 2017

Mi figue mi figue

NOTRE AVIS : MI-FIGUE, MI-FIGUE

Ultime estocade contre un vieux professeur de lettres anciennes. Son futur-ex intérieur british transpire la cruauté, la trahison et la perversité.


Le Himler de la seconde. Je suppose que c’est l’épitaphe qu’on posera sur ma tombe.
© Pascal Gely

© Pascal Gely


La pièce en bref

Le décor très british n’est pas sans rappeler celui de The Servant qui s’installa dans la même salle du Poche-Montparnasse pour y connaître le succès que l’on sait. Même pays, même époque (lendemain de la Seconde guerre mondiale), même violence crue dans les rapports. Dans La Version Browning, nous assistons à la chute d’un professeur de Lettres classiques en fin de carrière. Nous sommes au début de l’été, les élèves attendent leurs résultats, l’un d’eux vient rattrapper un cours chez Andrew Crocker-Harris (alias « Croquignolle » pour ses élèves). Très vite le malaise s’installe. Davantage que la retraite, Crocker-Harris semble attendre la mort. Son épouse le déteste, le trompe, l’humilie. Et ce depuis des années. Sans doute depuis toujours. Ses collégiens le craignent et le dénigrent. Certainement depuis toujours. La nouveauté, ce soir, c’est que la page doit se tourner : Crocker-Harris est contraint de faire le bilan de cette vie de misère. 

Malgré l’interprétation bouleversante de Jean-Pierre Bouvier, cette histoire ne parvient pas à nous toucher totalement. Sans savoir pourquoi, on reste sur le seuil de cet intérieur anglais que l’on oubliera sans doute plus rapidement que celui de Tony et Barrett…


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé 

  • L’interprétation de Jean-Pierre Bouvier, notamment dans ses scènes avec le jeune Taplow.
  • Le texte de Terence Rattigan, délicieusement cruel.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Le rythme général de la mise en scène, trop lent, voire plan-plan.
  • Le décor (british rime-t-il nécessairement avec kitsch ?)

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un prof qui aime son métier.
  • Ses élèves, si vous êtes prof.

Allez-y si vous aimez

  • Le sadomasochisme. 
  • Agamemnon d'Eschyle.


Infos pratiques

Mise en scène  
Patrice Kerbrat

Dates
1 sept.2016 au 22 jan. 2017

Horaire
21h (mar-sam)
15h (dim)

Durée.png

Durée
1h30

Adresse
Théâtre de Poche-Montparnasse
75 bvd du Montparnasse
Paris 6

Avec
Jean-Pierre Bouvier, Marie Bunel, Benjamin Boyer, Pauline Devinat, Philippe Etesse, Nikola Krminac, Thomas Sagols
 

Prix
-26 ans: 10€
+26 ans: 38€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !