« La Nuit juste avant les forêts »
de Bernard Marie Koltès

Du 8 novembre 2016 au 7 janvier 2017

Mieux que faire l'amour.png

NOTRE AVIS : À NE PAS MANQUER
-sélection novembre 2016-

Près de 40 ans après sa publication, le texte de Bernard-Marie Koltès s'invite sur la scène du Poche et retrouve toute son actualité à travers la prestation époustouflante d'un jeune comédien !

DU 15 au 31 décembre 2016
1 PLACE ACHETÉE = 1 PLACE OFFERTE

Comment ça marche ?
1.  Je choisis ma date de représentation entre le 15 et le 31 décembre.
2.  Je contacte la billetterie par téléphone : 01.45.44.50.21
3.  Je fournis, lors de ma réservation, le code « LES 5 PIÈCES » qui me permet d'obtenir une place offerte pour une place achetée (dans la limite des places disponibles).
4.  Je retire mes places au guichet du théâtre le jour du spectacle.


Qu’est-ce qu’on peut, toi et moi, quand ils tiennent les ministères, les flics, l’armée, les patrons, la rue ?
© DR

© DR


La pièce en bref

Il nous attend, il court, il tripote des ampoules, il vole, il roule, s'enroule et se dérouille. Il aperçoit, au coin de la rue, une fille parfaite, avec des cheveux pas trop blonds et des boucles pas trop bouclées. Il lui court après, comme le dernier des cons, à en devenir cinglé. Les cheveux et les vêtements mouillés, il pense aux français qui le regardent de travers alors que ce sont eux qui parlent de bouffe tout le temps, jusque sous la pluie.  Il se demande si la pute du quatrième étage aperçue un soir en train de jeter des vêtements par la fenêtre n'a pas fini par mourir après avoir avalé toute cette terre au cimetière. Autour de lui, les rues sont vides, peuplées par quelques flâneurs, quelques loulous rongés par la peur du travail parti au Nicaragua. Il en a assez de tout ce fouillis, mais il en redemande : « Je t'aime, camarade. ». La nuit s'écoule au ralenti.

On passe du conte de fée à l'anecdote de banlieue. La lumière change aussi vite que ses idées, les miroirs tant détestés, posés au sol, renvoient un reflet vide et torturé. Il nous avoue, un peu penaud, qu'il est à demi ivre. Au fond, on s'en fiche. On est entraîné dans sa danse macabre, dans ses projets révolutionnaires, dans les plis de ce blouson qu'il ne cesse de triturer. La mise en scène est millimétrée, intelligente et parfaitement accordée au jeu de lumières. On pense qu'il va se cogner, se prendre les pieds dans les fils qui pendent. Mais il sait très bien où il va: il cherche juste un endroit où se réfugier. C'est bien connu, « rien de plus facile à trouver qu'une chambre pour la nuit…».


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé 

  • La poésie du texte.
  • Le talent du jeune Eugène Marcuse, qu'on a déjà hâte de voir dans une prochaine pièce.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • La fin, un peu longue.

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Celui qui cherche toujours à squatter chez vous.
  • Un ami qui ne vit que pour les vendredis soirs.

Allez-y si vous aimez

  • Vous faire aborder par des inconnus.
  • La pluie.
  • Les slips sur les lampadaires.


Infos pratiques

Mise en scène  
Jean-Pierre Garnier

Dates
8 nov. 2016 au 7 jan 2017

Horaire
19h (mar-sam)

Durée.png

Durée
1h15

Adresse
Théâtre de Poche-Montparnasse
75 bvd du Montparnasse
Paris 6

Avec
Eugène Marcuse

 

Prix
-26 ans: 10€
+26 ans: 26€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !