« La Mouette » 
d'Anton Tchekhov

Du 6 mars au 1 avril 2017

À ne pas manquer

Notre avis : À NE PAS MANQUER

Encore une Mouette ? Non, Thibault Perrenoud se distingue, même là où Ostermeier avait peiné à convaincre l’an passé.


Je suis une mouette. Non, ce n’est pas ça… Vous vous souvenez, vous avez tiré une mouette ?
© Dr

© Dr


La pièce en bref 

Le théâtre de la Bastille se transforme pour La Mouette de Thibault Perrenoud : un dispositif quadri-frontal accueille les spectateurs, rappelant le dispositif bi-frontal qu’avait utilisé Julie Deliquet pour son Vania au Vieux-Colombier à la rentrée. Les deux spectacles ont beaucoup en commun : des grandes œuvres de Tchekhov donc, adaptées par des jeunes metteurs en scène, et qui restituent au plus près, dans leur liberté d’interprétation, l’esprit du grand dramaturge russe. Cela, à chaque fois, en s’appuyant sur des traductions commandées spécialement pour l’occasion. Des prénoms francisés : foin de Tréplev, Arkadina mais Irène, Constant, Nina, etc qui nous « rapprochent de nous-mêmes » indique le traducteur ; et éloignent l’exotisme russe et la Grande Histoire. Car les préoccupations des personnages de la Mouette sont universelles : comment s’arracher du cœur un amour ? Comment vivre malgré l’ennui ?

La Mouette, c’est l’histoire d’une jeune fille libre, joyeuse (Nina), qu’un écrivain à succès (Boris) séduit « pour passer le temps » et anéantit, avec son amoureux qui ne s’en remettra jamais (Constant). C’est aussi la pièce où Tchekhov met en abyme ses interrogations sur son art, avec notamment du théâtre dans le théâtre – la représentation d’une pièce d’une « forme nouvelle », où Nina joue un arbre allongée dans la terre (bonjour le ménage après le spectacle, ils en foutent absolument partout). Un grand moment ! 


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • L’hystérie d’Irène et l’intensité des silences, qui nous rendent comme suspendus.
  • Connaître le revers de la gloire de l’écrivain à succès (si ça peut vous consoler).
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • La main moite du voisin au moment où on demande au public de se tenir les pattes.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un artiste radical (et incompris).
  • Des gens qui aiment sans retour.

Allez-y si vous aimez

  • Tchekhov, les passionnés seront servis.
  • Les histoires qui finissent mal.


Infos pratiques

Mise en scène 
Thibaud Perrenoud

Dates
6 mar. au 1 avr. 2017

Horaire
20h (mar-sam jusqu'au 12 mars)
21h (mar-sam)

Durée.png

Durée
2h

Adresse
Théâtre de la Bastille
74 rue de la Roquette
Paris 11

Avec
JMarc Arnaud, Mathieu Boisliveau, Chloé Chevalier, Caroline Gonin, Éric Jakobiak, Pierre-Stefan Montagnier, Guillaume Motte, Aurore Paris

Prix
-30 ans : 14€
+30 ans : 24€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !