« La dernière bande »
de Samuel Beckett

Du 19 avril au 30 juin 2016

A ne pas manquer

Notre avis : MI-FIGUE, MI-FIGUE

Comment savoir qui l'on était à 20, 30, 40 ans ? Quelles étaient nos obsessions, nos lubies et nos désirs de l'époque ? Avec La Dernière Bande, Samuel Beckett nous offre un texte sur la difficulté du retour sur soi.


Qu’est-ce que j’étais con !
© Dunnara Meas

© Dunnara Meas


La pièce en bref

À la lecture du texte, on ne peut s'empêcher de penser qu'il s'agit là d'une idée de génie : enregistrer chaque année, le jour de son anniversaire, une sorte de « mémo » vocal relatant les évènements majeurs de l'année écoulée, puis le conserver précieusement afin de pouvoir le réécouter quelques années plus tard. C'est donc avec beaucoup d'espoir que nous nous rendions ce soir-là au Théâtre de l'Œuvre. Malheureusement, si le spectacle offre quelques moments de vie absolument bouleversants, et si l'on rit de voir ce vieil homme catastrophé d'avoir un jour pu être "si con", Jacques Weber peine à convaincre.

Rendu pathétique par un maquillage outrancier, des chutes à répétition et des grognements intempestifs, le personnage de Krapp ne nous touche pas (sauf littéralement, lorsqu'il lance une petite banane coincée dans sa poche sur les spectateurs du premier rang). Durant toute la durée de la représentation, nous voilà comme pris en otage de notre propre jugement : séduits par l'idée, l'auteur, le prestige du comédien ; déçus par l'exécution, le rythme, et la quasi absence d'émotions fortes. Voilà un spectacle que l'on aimerait aimer, mais qui ne nous en laisse que trop rarement la possibilité. 


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Se dire que cette année, on commence les mémos.
  • Voir Jacques Weber engloutir des bananes en une seule bouchée.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Les dix premières minutes, interminables, durant lesquelles le personnage fait tomber les objets de son bureau, se lève, gémit.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un ami qui a peur de veillir

Allez-y si vous aimez

  • Les anniversaires
  • Ecouter vos aînés 


Infos pratiques

Mise en scène  
Peter Stein

Dates
19 avr. au 30 juin 2016

Horaire
21h (mar-ven)
18h (sam)
15h (dim)

Durée.png

Durée
1h

Adresse
Théâtre de l'Œuvre
55 rue de Clichy
Paris 9

Avec
Jacques Weber

Prix
-26 ans : 10€ les mardis
+26 ans : à partir de 17€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !