« La Centrale » 
de Virginie Barreteau

Du 13 au 21 décembre 2016

Mi-figue, mi-figue

Notre avis : Mi-figue, mi-figue

Une famille en proie à un réel agressif, fascinée par l’ailleurs que représente la présence d’une mystérieuse centrale. Un texte percutant dont la mise en scène reste cependant fragile… 


Je peux venir
avec toi ?
© DR

© DR


La pièce en bref 

Quelque part en France, une famille vivote grâce à l’argent envoyé par le père absent, s’éclairant à la bougie pour pallier les coupures d’électricité. Le fils, fasciné par la présence d’une mystérieuse centrale non loin de leur maison, s’y rend tous les jours en le cachant à sa sœur qui insiste pourtant pour l’accompagner. Est-elle fermée ou fonctionne-t-elle encore ? Le doute plane. La majeure partie des scènes se déroule la nuit, à la lueur de la bougie, dans l’angoisse liée à l’attented’un enfant qui ne revient pas ou l’obsession de la centrale dont on perçoit presque le ronronnement mécanique, grâce à une création sonore et visuelle suggestive. Pour le fils, cette dernière représente certainement un ailleurs, un lieu inconnu où une autre existence est encore possible. Comme dans un récit d’initiation, un drame va faire exploser ce schéma familial et le fils n’aura d’autre choix que de quitter les lieux de son enfance pour partir loin et rejoindre son père.

Le texte de Virgnie Barreteau cultive l’étrangeté et place le spectateur entre deux chaises (pas très commode), le faisant toujours croire à un basculement vers le fantastique. Son écriture parvient à tirer les personnages d’un réel trop brut, marqué par la tension entre violence et humanité. Résultat : on se retrouve irrésistiblement attiré par la beauté du texte, tout en ayant bien conscience de l’artificialité qui s’en dégage. Dommage que la mise en scène ne réussisse pas à éviter quelques maladresses. 


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Le jeu du fils.
  • La vidéo, plutôt bien dosée.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Les transitions entre certaines scènes, un peu bancales.
     
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un passionné du nucléaire.

Allez-y si vous aimez

  • Vous éclairer à la bougie.
  • Les tragédies familiales.


Infos pratiques

Mise en scène 
Louise Dudek

Dates
13 au 21 déc. 2016

Horaire
21h (lun-ven)

Durée.png

Durée
1h10

Adresse
La Loge
77 rue de Charonne
Paris 11

Avec
Marie Doreau, Élisa Monteil, Céline Langlois, Antoine Formica, Miglen Mirtchev, Xavier Tchili

 

Prix
-30 ans : 10€
+30 ans : 16€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !