« J'ai couru comme dans un rêve »
d'Igor Mendjisky

Du 24 janvier au 4 février 2017

À ne pas manquer

NOTRE AVIS : à ne pas manquer
-sélection JANVIER 2017-

 Le poilant collectif des Sans Cou revient avec l'histoire du type qui découvre qu'il n'a plus que quelques jours à vivre.  


Depuis tout petit ça va trop vite.
© Anne Nordman

© Anne Nordman


La pièce en bref

Et soudain, c’est la tuile. Votre médecin vous annonce une tumeur au cerveau, et votre femme qu'elle est enceinte. Tout comme Martin, vous pouvez aussi décider de passer ces derniers jours auprès d'un vieil oncle à vous demander ce qui pourrait bien vous faire plaisir avant que que la mort ne pointe le bout de sa faux. Tout est permis : se promener dans un Paris-Brest, rencontrer Victor Hugo, organiser une dernière fête, fixer un appareil photo sous chaque semelle histoire de prendre d'improbables clichés du sol… Autour de lui, frère, sœur, femme et amis s'activent. Si le mélo n'est jamais loin, les nombreuses incursions dans l'absurde sont là pour nous rappeler qu'on est tout de même là pour rigoler, à en juger par la petite réunion qui se tient dans le jardin en présence de Dieu — flanqué de ses deux chérubins Raphaël et Gabriel — et le voyage organisé de Martin dans le futur où il aura l'occasion de voir à quoi ressemble sa fille. 

 Si certaines scènes frôlent l'incompréhensible, on est loin d'assister à une simple private joke entre copains, et l'on perçoit clairement chez eux une grande maîtrise de l'imprévisible. Une fois convaincus, on peut tout avaler, même un monospace composé de six chaises en bois et un ballet futuriste avec sac plastique sur la tête. En définitive, vous l'aurez compris, la compagnie des Sans Cou n'a pas franchement le souci de la vraisemblance, mais celui de vous poser une question élémentaire : comment occuper son temps avant de passer l’arme à gauche ?


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé 

  • L'introduction, sous forme de groupe de parole.
  • Qu'on nous explique enfin pourquoi on lit Tintin (pour le Capitaine Haddock, la Castafiore et compagnie, évidemment).
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Les intermèdes musicaux, trop tire-larmes.
  • L'entracte, qui freine un peu notre élan.

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Son frère.
  • Sa sœur.
  • Cet ami qui ne profite de rien.

Allez-y si vous aimez

  • Brûler la vie par les deux bouts.
  • Que votre quotidien ne soit pas aussi fade qu'un cube de tofu.


Infos pratiques

Mise en scène  
Igor Mendjisky

Dates
24 jan. au 4 fév. 2017

Horaire
20h30 (mar-sam)

Durée.png

Durée
2h15
(entracte)

Adresse
Monfort Théâtre
106 rue Brancion
Paris 15

Avec
Éléonore Joncquez, Raphaèle Bouchard, Esther Van Den Driessche, Clément Aubert, Igor Mendjisky, Romain Cottard, Paul Jeanson, Arnaud Pfeiffer, Frédéric Van Den Driessche

Prix
-30 ans: 16€
+30 ans: 25€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !