« Intérieur» 
de Maurice Maeterlinck

Du 26 janvier au 5 mars 2017

Mi-figue, mi-figue

Notre avis : MI-FIGUE, MI-FIGUE

Deux hommes, apportant avec eux l'annonce de la mort, veillent sur une famille sur le point de se déchirer. Ils observent, hésitent et nous font patienter avec eux.


J’ai peur du silence qui suit les dernières paroles qui annoncent un malheur.
© Nâzim Boudjenah

© Nâzim Boudjenah


La pièce en bref

Un étranger, de passage dans un paysage de saules pleureurs et de clair de lune, découvre entre les roseaux le corps d'une jeune femme noyée. Il la tire doucement vers la rive, quand surgit un vieillard, habitué du coin. Ensemble, ils remontent le cours de la rivière vers la maison de la jeune fille, pour porter la nouvelle à sa famille. Tous deux contemplent par la fenêtre les derniers instants de sérénité d'une famille qui ne sait pas encore que les jours à venir ne seront pas roses, et hâtent le pas histoire d'arriver avant que le cortège de villageois n'amène le corps sur le seuil de la maison. Ils hésitent – lequel des deux doit parler ? Doivent-ils y franchir le pas de la porte à deux (périlleux, mais faisable) ?

La souffrance des deux hommes est perceptible, bien que maladroitement racontée. Les silences s'enchaînent et anesthésient le public. Le ton des hommes est monotone, presque insensible. Celui des femmes est robotique, grinçant – geignard, même. On a du mal à y croire. A trop vouloir objectiver la douleur, elle se perd dans des paroles automatiques, distantes, froides, et c'est le public qui finit par avoir mal. Les pas se veulent lents, lestés par la peine et la responsabilité de la mort, mais ressemblent plus à des déplacements techniques qu'auxerrements d'âmes en détresse. En terme de jeu, tout le monde est logé à la même enseigne, comme s'ils se mimaient les uns les autres, ( et comme si la mort était la même pour tout le monde !)


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Le décor japonisant.
  • Les boules d'obscurité.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Cette lenteur, soporifique.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un impatient pour le faire bisquer.
  • Un inconnu croisé dans le métro.

Allez-y si vous aimez

  • Les bruits de pas sur le parquet.
  • Jouer au roi du silence.
  • Les anti-héros et anti-histoires.


Infos pratiques

Mise en scène 
Nâzim Boudjenah

Dates
26 jan. au 5 mar. 2017

Horaire
18h30 (mer-dim)
 

Durée.png

Durée
1h

Adresse
Studio Théâtre
99 rue de Rivoli
Galerie du Carrousel du Louvre
Paris 1

Avec
Thierry Hancisse, Anne Kessler, Pierre Hancisse, Anna Cervinka

Prix
-28 ans : 13€
+28 ans : 22€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !