« Honneur à notre élue » 
de Marie N'Diaye

Du 1 au 26 mars 2017

Mi-figue, mi-figue

Notre avis : mi-figue, mi-figue

Quand l'opposant de l’irréprochable maire d’une petite ville portuaire décide de se faire élire coûte que coûte…


La diffamation est plus puissante que la dénégation.
© Pascal Victor

© Pascal Victor


La pièce en bref 

Longiligne, incandescente, angélique dans son tailleur-pantalon blanc cassé, Isabelle Carré est l’élue d’un petit port de province. Elue de leur cœur, élue dans leur histoire et dans leur ADN ; personne dans son fief ne la désigne autrement qu’en ces termes : « Notre Elue ». Pas même l’Opposant (un Patrick Chesnais qui semble au bord de la dépression). Celui-ci lorgne sur sa place, il se voit déjà « futur Notre Elu ». Pas facile de se présenter contre un exemple de probité, d’intégrité, d’honnêteté, d’exemplarité. Comment faire, lorsqu’on est — animal politique
oblige — assoiffé de pouvoir ? Point de salut hors l’ignominie. Aucune alternative, tous les coups sont permis, même les plus bas : c’est bien connu.

L’opposant invente donc « le truc franchement dégueulasse » qui mettra sa rivale au tapis. C’est alors que le plus inconcevable se produit : Notre Elue se laisse calomnier sans rétorquer. Drapée dans la posture de celle qui ne rend pas les coups, celle qui est incapable de faire de la politique autrement que de façon honnête. En ces périodes pré-électorales, le spectacle pourrait nous offrir une fable délicieuse. Malheureusement, la mise en scène ne parvient pas à nous embarquer au cœur du système. Les luttes de pouvoir nous ennuient plus qu’elles ne nous passionnent, et ce n’est pas seulement parce qu’on est lassé de « Nos Elus »…


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • La (fausse) mère (épatante Chantal Neuwirth), entre Madame Bidochon et Tatie Danielle.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • L’interprétation de Patrick Chesnais, un peu monocorde, tendance neurasthénique.
  • Entendre un seul rire fuser dans la salle : celui de Nicola Garcia.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Une bande de jeunes militants politiques, quel que soit leur bord.

Allez-y si vous aimez

  • Les campagnes électorales.
  • Les majorettes (eh oui, on ne se refuse rien).


Infos pratiques

Mise en scène 
Frédéric Bélier-Garcia

Dates
1 au 26 mar. 2017

Horaire
21h (mar-sam)
15h (dim)

Durée.png

Durée
1h40

Adresse
Théâtre du Rond-Point
2 bis av. Franklin Roosevelt
Paris 8

Avec
Isabelle Carré, Patrick Chesnais, Jean-Charles Clichet, Claire Cochez, Romain Cottard, Jan Hammenecker, Jean-Paul Muel, Chantal Neuwirth, Agnès Pontier, Christelle Tual

 

 

Prix
-30 ans : 16€
+30 ans : 38€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !