« En attendant Godot »
de Samuel Beckett

Du 4 au 27 décembre 2015

Seulement s'il pleut, et seul

Notre avis : SEULEMENT S'IL PLEUT, ET SEUL

Aux 5 Pièces, nous attendions beaucoup de cette mise en scène d'un des plus beaux textes de Samuel Beckett. À tort ?


C’est pas ça qui manque, le vide !
© Raphaël Arnaud

© Raphaël Arnaud


La pièce en bref

 Montée des centaines de fois depuis sa parution en 1948, En attendant Godot fait partie de ces pièces que l'on peut voir à plusieurs reprises sans jamais se lasser. Malheureusement, cette fois-ci la magie n'opère pas.  Estragon et Vladimir, deux clochards livrés à eux-mêmes, tentent de tuer le temps en attendant sous un arbre le mystérieux Godot, qui tarde à venir. Leur chemin croise à deux reprises celui de Pozzo et de son esclave Lucky, qui vont les distraire quelques temps, sur un mode tragico-burlesque, avant de continuer leur route.  Sous couvert d'une apparente banalité, leurs échanges sont ponctués de réflexions profondes sur le sens de la vie, et sur la tentation toujours présente d'y mettre fin.

S'il y a chez Beckett un message politique derrière ce texte, il est ici difficile à retrouver. Ce que les personnages doivent nous dire, c'est que l'on va refuser de se pendre, et que l'on ne va pas sombrer dans le désespoir, parce que nous restons mus par un désir d'apprendre à vivre ensemble. Hélas, on a souvent le sentiment que l'on cherche davantage à nous distraire qu'à nous faire réfléchir. En dépit de l'énergie déployée par les comédiens, il manque à ce spectacle tout ce qui fait pourtant la beauté du théâtre de Beckett : l'enlisement dans la confusion, l'intensité du vide, et surtout l'angoisse de l'attente…

Alicia Dorey


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • La « danse » de Lucky, esclave de Pozzo, seul moment où un semblant d'intensité dramatique effleure le plateau.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Les tentatives de faire de l'humour tombent généralement à plat.
  •  Le côté un peu « carton-pâte » des décors.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un ami qui voulait simplement voir le sompteux cadre des Bouffes du Nord de l'intérieur

Allez-y si vous aimez

  • Samuel Beckett, malgré tout 


Infos pratiques

Mise en scène 
Jean-Pierre Vincent

Dates
4 au 27 déc. 2015

Horaire
20h30 (mar-sam)
16h (dim)

Durée.png

Durée
2h45

Adresse
Bouffes du Nord
37bis, bd de la Chapelle
Paris 10

Avec
Abbes Zahmani, Charlie Nelson, 
Alain Rimoux, Frédéric Leidgens, 
Gaël Kamilindi

Prix
-26 ans : à partir de 16€
+26 ans : à partir de 20€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !