« Eichmann à Jerusalem »
de Lauren Houda Hussein

Du 9 mars au 1 avril 2016

Seulement s'il pleut et seul

Notre avis : SEULEMENT S'IL PLEUT, ET SEUL

Le théâtre Majâz présente à au TGP de Saint Denis sa dernière création, tirée du procès d’Adolf Eichmann, le criminel de guerre nazi, exfiltré d’Argentine par les services secrets israéliens en 1960, puis jugé à Jérusalem, condamné et finalement pendu le 1er juin 1962. Une audience bien laborieuse. 


J’ai ressenti un peu de la satisfaction de Ponce Pilate, je me suis senti vierge de culpabilité.
© Guillaume Chapeleau

© Guillaume Chapeleau


La pièce en bref

Le procès d’Adolf Eichmann eut lieu dans un théâtre de Jérusalem, la Maison du Peuple, transformé en tribunal pour l’occasion. L’accusé y comparut dans une cage de verre à l’épreuve des balles, masqué par d’épaisses lunettes et un casque sur la tête, pour la traduction. Tout au long de la procédure, il se présenta comme un fonctionnaire exemplaire, spécialiste de la logistique et du transport, qui, en mettant ses talents au service de la déportation massive des juifs d’Europe vers les camps d’extermination, n’avait fait qu’obéir aux ordres. « Je n’ai jamais été antisémite, dit-il à la cour. Mais les regrets, c’est pour les enfants. J’accuse mes dirigeants d’alors d’avoir abusé de mon obéissance ». Le procès fut retentissant. C’était le premier du genre depuis Nuremberg. Il éclaira le monde sur la formidable – au sens effrayant du terme- machine de persécution nazie et ses rouages humains. La philosophe Hannah Arendt y forgea son concept de banalité du mal, essentiel au développement des totalitarismes. « Le mal n’a pas de profondeur, l’entend-on dire dans la pièce. Il se propage tel un champignon à la surface. Ce qui est profond, c’est le bien.»  C’est donc un défi considérable que s’est lancé le jeune théâtre Majâz (métaphore en arabe), fondé en 2009 par l’israélien Ido Shaked et la franco-libanaise Lauren Houda Hussein, avec cet « Eichmann à Jérusalem » sous-titré « Les hommes normaux ne savent pas que tout est possible ».  

Les comédiens, statiques, nous servent un patchwork distancié et froid d’extraits du procès, de déclarations de l’accusé, des témoins, du procureur, du président, de citations du rapport qu’en fit Arendt sous ce même titre d’Eichmann à Jérusalem et de la polémique qui s’en suivit avec maints correspondants, car elle y pointait entre autres le rôle de certains responsables de la communauté juive dans la machine à déporter. Partant du principe pédagogique fort pertinent qui veut qu’un petit schéma vaut mieux qu’un long discours, ces comédiens évoluent tous sur un grand tableau noir horizontal et suspendu, sur lequel, pour mieux nous éclairer, ils tracent à la craie l’organisation de la solution finale : services en charge, horaires, délais, quotas, matériel. Le briefing de la section IV B4, celle que dirigeait Adolf Eichmann, et son jargon déshumanisé, comme si vous y étiez.  La leçon, certes informative, peine à faire théâtre. On a l’impression étrange d’assister à la projection d’un documentaire, dont les comédiens assureraient la sonorisation en direct mais dont ni les images, ni d’ailleurs l’écran n’auraient été livrés. C’est au mieux un teasing pour la lecture de l’œuvre originale qui donne son nom à la pièce et qu’en revanche on ne saurait trop conseiller. 


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • La cohésion d’une troupe multilingue et multinationale au travail, qui a montré bien mieux dans le passé (Croisades, Les Optimistes, Une semaine en compagnie)
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Tout le reste

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Toute personne de votre connaissance née après 1960 et/ou qui n’ouvre jamais un livre

Allez-y si vous aimez

  • Les documentaires


Infos pratiques

Mise en scène  
Ido Shaked
Théâtre Majâz

Dates
9 mar. au 1 avr. 2016

Horaire
20h (lun-sam)
15h30 (dim)

Durée.png

Durée
1h30

Adresse
TGP
59, Bd Jules Guesde
Saint-Denis

Avec
Lauren Houda Hussein, Sheila Maeda, Caroline Panzera, Mexianu Medenou, Raouf Raïs, Arthur Viadieu, Charles Zévaco

Prix
-26 ans: 12€
+26 ans: 23€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !