« Dorothy Parker »
de Jean-Luc Seigle

Du 4 mai au 25 juin 2016

Mi-figue, mi-figue

Notre avis : Une réussite

Sarcastique, drôle et grandiose, Dorothy Parker a marqué les années 50 par ses écrits, mais aussi et surtout en choisissant de vivre comme elle l’entendait. Sur la scène du Lucernaire, c’est Natalia Dontcheva qui l’incarne, avec un incroyable panache !


Oh, Charly, je n’ai eu peur de rien, sauf d’écrire un roman !
© Nelly Blaya

© Nelly Blaya


La pièce en bref

Une chambre d’hôtel, presque simple, du whisky, une machine à écrire. Et voilà qu'un téléphone retentit. Sur la scène, une femme en déshabillé tâche de reprendre ses esprits avant de répondre. Un masque de sommeil recouvre ses yeux, et le temps de la conversation, elle pense réellement avoir perdu la vue dans la nuit. Ce qui la chagrine ? Ne plus pouvoir aller au théâtre voir d'horribles pièces, pour rentrer aussitôt écrire d'odieuses critiques. Elle tâte son visage, et réalise enfin ne pas encore être aveugle. Tout est là. On est en face d’une femme qui écrit, au beau milieu des années 50,  et critique copieusement politique américaine et schémas familiaux traditionnels. Cette femme, c'est Dorothy Parker, dont les nouvelles sont de véritables pépites, sarcastiques et modernes à souhait. Sa chambre d’hôtel est aussi son bureau, et peu importe les plaintes incessantes de ses voisins: jour et nuit, elle ne cessera d'écrire, jusqu'à sa mort.

Natalia Dontcheva a l’œil vif et la voix rauque. Elle incarne Dorothy Parker avec un humour sans égal. L’Amérique puritaine de l'époque lui a pourtant fait payer cher son alcoolisme et sa liberté de ton. Dans une mise en scène tout en sobriété, notre comédienne tente de faire ressentir la profonde solitude éprouvée par Parker tout au long de sa vie. Avec en toile de fond cette peur panique de sombrer dans l'oubli pour ne pas avoir su écrire son grand œuvre. La postérité dont elle jouit aujourd'hui nous prouve le contraire !


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • La voix rocailleuse de la comédienne.
  • Les touches d’humour, délicates et subtiles, même lors des scènes douces-amères.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Rien. Le spectacle se tient, émeut, et nous fait rire.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un(e) passionné(e) de littérature américaine
  • Un(e) féministe

Allez-y si vous aimez

  • L'atmosphère des années 50
  • Les auteurs qui n'ont pas la langue dans leur poche !


Infos pratiques

Mise en scène  
Arnaud Sélignac

Dates
4 mai au 25 juin 2016

Horaire
19h (mar-sam)

Durée.png

Durée
1h15

Adresse
Le Lucernaire
53, av. Notre-Dame-des-Champs
Paris 6

Avec
Natalia Dontcheva

Prix
-26 ans :11€
+26 ans : 26€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !