« Dans la solitude
des champs de coton »
de Bernard-Marie Koltès

Du 3 au 20 février 2016

Une réussite

Notre avis : À NE PAS MANQUER
-sélection février 2016-

Au milieu d'un théâtre, avec la sensation d'être désespérément seul. C'est l'expérience immersive et émotionnelle que nous offre cette mise en scène du merveilleux texte de Koltès.


Parce qu’on inflige que les souffrances que l’on peut soi-même supporter.
©  Christophe Raynaud de Lage

©  Christophe Raynaud de Lage


La pièce en bref

Rarement le théâtre ne nous avait atteint avec une telle intensité que dans cette mise en scène de Dans la solitude des champs de coton. En comité réduit, dans le cadre magistral et délabré des Bouffes du Nord, nous sommes rassemblés au milieu du plateau, un casque audio sur les oreilles. Le dealer (Anne Alvaro) et son client (Audrey Bonnet) sont cachés dans les recoins du premier balcon. On les distingue à peine, et pourtant leurs voix résonnent dans nos têtes, se glissant dans notre intimité, et nous offrant la leur en retour. Car c'est bien d'une histoire d'échange qu'il s'agit. Non pas d'une vulgaire transaction, mais du fracassement de deux désirs l'un contre l'autre. Celui de vendre et celui d'acheter, pas de la drogue, ou pas seulement, car le véritable objet à négocier, c'est leur immense solitude. Cependant,  « on n'échange pas un sac de riz contre un sac de riz.», et face à cette impossibilité, chacun va essayer d'occuper l'espace de l'autre, de pénétrer sa pensée, pour qu'une transaction puisse enfin avoir lieu. 

On ne pouvait rêver mieux que des comédiennes de la trempe d'Anne Alvaro et Audrey Bonnet pour incarner ces deux êtres irréconciliables. Chacun de leurs mouvements se déploie avec une maîtrise saisissante, dans une semi-pénombre que l'on imagine être celle d'une ruelle ou d'un centre commercial désert. Le dispositif immersif, loin d'être accessoire, nous permet d'accéder à une nouvelle forme de réceptivité, que l'on aimerait ressentir plus souvent, à en juger par le nombre de spectateurs continuant à déambuler sur le plateau quelques minutes avant de quitter la salle.

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • L'isolement créé par le casque audio, qui met chacun d'entre nous dans une situation d'écoute et d'égalité parfaite.
  • La sensibilité avec laquelle Anne Alvaro et Audrey Bonnet s'empare du texte, nous le faisant découvrir sous un jour nouveau.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Les dix premières minutes, durant lesquelles le public est sur le plateau, et les deux interprètes au balcon. La scène devait originellement se dérouler dans la rue, mais a été interdite pour des raisons de sécurité. La mise en situation a ici moins de sens.

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Une âme sensible et solitaire
  • Votre dealer

Allez-y si vous aimez

  • Les expériences immersives
  • La solitude des champs de coton

 


Infos pratiques

Mise en scène  
Roland Auzet

Dates
3 au 20 fév. 2016

Horaire
21h (mar-sam)
15h (sam-dim)

Durée.png

Durée
1h15

Adresse
Théâtre des Bouffes du Nord
37bis bvd de la Chapelle
Paris 10

Avec
Anne Alvaro, Audrey Bonnet

Prix
-26 ans : 16€
+26 ans : 30€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !