« Colonie »
des Compagnons butineurs

Du 24 octobre au 15 novembre 2016

Mi-figue, mi-figue

Notre avis : mi-figue, mi-figue

Tandis que le FLN prépare la Toussaint Rouge, le bureau du préfet d'Alger s'active, comme tous les jours, pour administrer la colonie. Et devient, dans cette création originale, le symbole d'une France qui peine à partir proprement.


On était là pour ça, pour tuer des fellagas.
© Emilie Read

© Emilie Read


La pièce en bref

La pièce s'ouvre sur le témoignage d'une femme encore meurtrie par la guerre. Elle se souvient de ce départ, sur le quai de la gare, d'un homme qu'elle n'a plus jamais revu. Il a dû aller se faire trouer la peau. Des années auparavant, entre des montagnes de cartons et une petite pile de tracts, le FLN avait décidé de mener, dans la journée du 1er novembre, « Plusieurs attentats. Même jour, même heure, même impact ». Ils parlaient de mort glorieuse, de reconquête au prix du sang. Chez le préfet d'Alger, on ne voit que de la panique, une bureaucratie inutile, un appel désespéré à Paris : « Nous somme en état d'urgence, donc vous pouvez vous la mettre où je pense, la procédure. ». On découvre les coulisses de la débâcle, une valse des gouvernements, et une seule négociation : la guerre. C'est Mitterrand qui l'a dit. Les portes sont défoncées, l'usage de la torture démenti, les groupes de copains déchirés par des rafales de tirs dans la nuit.

          En dépit d'un niveau de jeu assez inégal et d'une hystérie trop exagérée pour être efficace, les Compagnons Butineurs prêtent à ces instants de panique une certaine sensibilité. En mêlant discours (un peu trop longs) et scènes de combat, ils nous transportent vers l'Afrique du Nord des années 50. Celle qui sent la sueur, le sable et la poudre. Celle dont la France a du mal à s'arracher, malgré la jolie photo de groupe à Evian. 


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • La chorégraphie des combats.
  • La pub pour la campagne de pacification.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Le rythme, trop inégal.
  • La panique ambiante, pas toujours bien gérée.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un fonctionnaire et fier de l'être.
  • Un pote qui affirme qu'on a bradé l'Indochine.

Allez-y si vous aimez

  • Les opérations secrètes.
  • Les piles de cartons.


Infos pratiques

Mise en scène  
Marie Maucorps

Dates
24 oct. au 16 nov. 2016

Horaire
21h15 (lun-mar)

Durée.png

Durée
1h20

Adresse
Théâtre de Belleville
94, rue du Faubourg du Temple
Paris 11

Avec
Pierre Boucher, Léo Duvignon, Rémi Fortin, Adèle Gascuel, François Lecomte, Marie Maucorps, Nouch Papazian, Gaia Singer

Prix
-26 ans: 10€
+26 ans: 25€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !