« Bajazet » 
de Jean Racine

Du 5 avril au 7 mai 2017

Mi-figue, mi-figue

Notre avis : mi-figue, mi-figue

Le directeur de la Comédie Française Eric Ruf reprend in extremis un créneau de la programmation après l’annulation d’un spectacle et adapte une des tragédies les moins jouées de Racine. Un spectacle correct quoiqu’un peu scolaire qui ne restera pas dans les annales.


Songez-vous que je tiens les portes du palais / Que je puis vous l’ouvrir ou fermer pour jamais ?
© Vincent Pontet

© Vincent Pontet


La pièce en bref 

Racine, c’est le docteur love des rois et reines, sultans et sultanes, empereurs et impératrices qui se trouvent toujours dans des situations qui puent du steak et leur font maudire les dieux comme pas deux. Bref, les tragédies de Racine ont tout inventé et n’ont rien à envier à Secret Story qui dans le fond n'est rien d’autre qu’une tragédie, mis à part que les protagonistes sont demeurés, ne sont pas rois, mais maudissent de la même façon l’acharnement des cieux contre leur misérable existence. Alors bien sûr, entendre des vers déclamés par la troupe de la Comédie-Française, c’est toujours un plaisir, car le texte nous parvient directement dans le creux de l'oreille, et ce avec une justesse rare. Toutefois, l’ambition du spectacle ne semble pas avoir d’autres vertus que celle-ci. La mise en scène laisse clairement à désirer (le trip du tapis de chaussure facon Sex and the City est franchement peu convaincant), et certaines scènes touchent même au ridicule (la mort d’Atalide est digne d’un Marion Cotillard gate dans Batman).

Quant au texte, qui est de toutes les pièces de Racine un des moins adaptés sur scène (1995, dernière adaptation en date), il n’est pas vraiment le plus réussi. Aucun personnage ne sort globalement de ce chassé-croisé amoureux, qui pourrait se résumer à une dispute d’école primaire, sauf qu'ici on parle de sultans, de vizirs et de prisonniers, et que quand il y en a un qui n’est pas content, tout les autres clamsent les uns après les autres. Bon.


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Entendre un texte assez rare de Racine (c’est quand même pas dégueu comment qu’il écrit ce bouffon).
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • La mort d’Atalide, on ne le répètera jamais assez.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • L’amicale des fans de Jean Racine.

Allez-y si vous aimez

  • Les chaussures et les armoires.


Infos pratiques

Mise en scène 
Éric Ruf

Dates
5 avr. au 7 mai. 2017

Horaire
19h (mar)
20h30 (mer-sam)
15h (dim)

Durée.png

Durée
2h

Adresse
Théâtre du Vieux-Colombier
21 rue du Vieux Colombier
Paris 6

Avec
Alain Lenglet, Denis Podalydès, Clotilde de Bayser, Laurent Natrella, Anna Cervinka, Rebecca Marder

 

 

Prix
-30 ans : 12€
+30 ans : 32€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !