« Baal »
de Bertold Brecht

Du 10 avril au 10 mai 2017

Seulement s'il pleut

NOTRE AVIS : SEULEMENT S'IL PLEUT

Prenez une pièce antipathique, ajoutez une mise en scène prétentieuse et mélangez avec un comédien emphatique : vous obtiendrez un ennui de spectateur compact, confinant à l’exaspération.


La pièce n’est pas l’histoire d’un épisode ni de plusieurs mais celle d’une vie.
— Bertolt Brecht
© Brigitte Enguerand

© Brigitte Enguerand


La pièce en bref

Baal est un mauvais garçon, un poète prétentieux, une canaille de bas étage qui se prend pour un artiste, bref, un sale type. Ajoutez à cela un drôle de rapport à sa mère, un égo surdimensionné, une misogynie sans fond et un sens de l’amitié très relatif. Vous allez passer 2h30 avec cet ignoble personnage. Parfois les méchants ont du charme (pas vrai ?) et il n’est pas interdit de se divertir de la méchanceté des hommes (mieux vaut en rire). Mais là ça ne marche pas.

Baal traîne sa misanthropie et son alcoolisme de rades glauques en décors vaguement industriels. Les femmes lui cèdent mais ça ne l’attendrit pas. Son meilleur ami, Ekart, ne le lâche pas d’une semelle (il porte donc mal son nom). Baal n’a l’air de voir en lui qu’un spectateur passif de ses envolées lyriques et de ses frasques. Comme nous en somme… C’est Stanislas Nordey qui s’y colle, visiblement avec une haute opinion du personnage (et sans doute de lui-même) que l’on peine à comprendre. C’est donc sans une once d’émotion et sans l’ombre d’une quelconque empathie qu’on subit cette pièce et cette mise en scène. A bon entendeur.


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé 

  • Les lumières.
  • Certains tableaux muets.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • La déclamation à l'ancienne (vous vous souvenez Montfleury dans Cyrano ?).
  • La musique, digne d'un téléfilm des années 1980.
  • Les poursuites interminables dans les escaliers.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un « date » à éconduire.
  • Un poète raté.

Allez-y si vous aimez

  • Stanislas Nordey.
  • Dormir au théâtre.
  • Les monuments d'ennui.


Infos pratiques

Mise en scène  
Christine Letailleur

Dates
10 avr. au 10 mai 2017

Horaire
19h30 (mar)
20h30 (mer-sam)
15h30 (dim)

Durée.png

Durée
2h30

Adresse
La Colline
Théâtre National
15 rue Malte Brun
Paris 20

Avec
Stanislas Nordey, Youssouf Abi‑Ayad, Clément Barthelet, Fanny Blondeau, Philippe Cherdel, Vincent Dissez, Valentine Gérard, Manuel Garcie‑Kilian, Emma Liégeois, Karine Piveteau, Richard Sammut

Prix
-30 ans: 15,50€
+30 ans: 30,50€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !