« Argument »
de Pascal Rambert

Du 22 au 30 janvier 2016

Mi-figue, mi-figue

Notre avis : MI-FIGUE, MI-FIGUE

Pascal Rambert tente un retour vers la scène de ménage, après le succès mondial de « Clôture de l'amour », mais semble s'être trompé d'époque. 


J’aime votre malheur et vous voir souffrir est pour moi une joie.
©  Marc Domage

©  Marc Domage


La pièce en bref

Il fallait de l'audace pour oser s'emparer à nouveau du thème de la dispute amoureuse après le triomphe de Clôture de l'amour en 2011. Et Pascal Rambert n'en a jamais manqué. Avec
Argument, nous voilà plongés deux siècles en arrière, à l'époque de la Commune. Alors qu'à Paris l'insurrection bat son plein, Louis et Annabelle se livrent une toute autre bataille : juchés au bord d'une falaise, sous une pluie battante, leur fils Ignace comme seul témoin, ils se déchirent autour d'une histoire de médaillon, retrouvé par Louis dans les affaires de son épouse, et preuve irréfutable d'un terrible adultère. Commence alors entre le couple une joute verbale de haute volée, durant laquelle chacun fera valoir ses meilleurs « arguments » : à Louis le rôle du patriarche conservateur, jaloux maladif et violent, à Annabelle celui de la lectrice de romans sentimentaux, faible femme au teint pâle et à la santé fragile. Atteinte d'une angine de poitrine, les suspicions de son mari lui assènent le coup de grâce, et Annabelle s'éteint dans son lit, avant de revenir d'entre les morts pour délivrer un ultime message sur la douleur de l'amour et la place que devrait occuper les femmes dans la révolte. Bon…

Trop engluée dans un français d'époque, la langue de Rambert ne prend pas : l'énumération et l'absence de ponctuation que l'on aimait tant chez lui ressemblent ici à un pur exercice de style, malgré le talent des deux comédiens. Du côté de la scénographie et des lumières, le génie de Daniel Jeanneteau et d'Yves Godin a encore frappé, mais ne parvient malheureusement pas à nous faire entrer davantage dans l'univers poétique de celui qui reste pourtant l'un des plus grands auteurs et metteurs en scène de ces dernières années.     

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Que Pascal Rambert ose aller là où ne l'attend pas, quitte à ne pas être compris.
  • L'atmosphère vaporeuse créée par un fin rideau de pluie, qui semble caresser le plateau.
  • Lorsque le texte est lu alors que la salle est plongée dans le noir : plus rien d'autre n'existe. 
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Les trop nombreuses énumérations, qui alourdissent le texte.
  • Le retour d'Annabelle d'entre les morts est sans doute ce qui nous convaint le moins : on frôlerait presque le ridicule.
  • La manière dont les comédiens se meuvent sur scène, parfois à la limite de la caricature. 

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un ami passionné d'histoire de France et d'histoires d'amour

Allez-y si vous aimez

  • La Normandie et Madame Bovary
  • Le français du XIXème siècle

 


Infos pratiques

Mise en scène  
Pascal Rambert

Dates
22 au 30 jan. 2016

Horaire
20h30 (mar-sam)
16h30 (dim)

Durée.png

Durée
2h

Adresse
T2G
41 av. des Grésillons
92230 Genevilliers

Avec
Marie-Sophie Ferdane, Laurent Poitrenaux, 
Anas Abidar, Nathan Aznar

Prix
-30 ans : 13€
+30 ans : 24€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !