« Angelus Novus AntiFaust » 
de Sylvain Creuzevault

Du 2 novembre au 4 décembre 2016

Mi-figue, mi-figue

Notre avis : MI-figue, mi-figue

Un titre énigmatique, des scènes mises bout à bout sans grande cohérence et d'excellents comédiens que l'on oblige à hurler pendant 3h30. Bienvenue dans le monde de Sylvain Creuzevault.


Nous manquons de démons. Les temps en sont presque vides.
— Sylvain Creuzevault
© DR

© DR


La pièce en bref

Avant de comprendre ce qu'est un « Anti-Faust », il s'agirait de savoir ce qu'est un « Faust » dans l'esprit du metteur en scène Sylvain Creuzevault. Faust, c'est celui qui aspire à devenir autre, quel qu'en soit le prix, quitte à pactiser avec le diable. Ici, nos trois « Anti-Faust » sont incarnés par une Prix Nobel de Biologie plutôt exubérante, un neurobiologiste bougon et un chef d'orchestre avant-gardiste tenté par la politique. Des « sachants » donc, qui contrairement à Faust vont chercher le démon en eux-mêmes. Avec une double-question en toile de fond : quelle est aujourd'hui la place du savoir dans notre société, et pourquoi la science ne parvient-elle pas à supprimer notre croyance en ce « je-ne-sais-quoi » encore inexplicable ?

Avec ce travail de mise en scène en tout point excessif, Sylvain Creuzevault fait le pari de la démesure : décors somptueux, opéra incorporé, comédiens poussés à bout, le tout sous une avalanche de références piochées ça et là… Le résultat n'en est que plus bordélique, et pourtant cela fonctionne, au moins épisodiquement. Alors que résonnent les derniers cris de cette
 joyeuse cacophonie de 3h30, nous voilà vidés de toutes nos forces et remplis d'interrogations, ce qui ne peut jamais faire de mal. 


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • La scénographie, composée de magnifiques pans de murs mobiles. 
  • Des comédiens qui ne reculent devant rien, et donnent absolument tout jusqu'à la dernière minute.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • Le côté décousu et volontairement opaque de cette interprétation de Faust.
  • Le doublage en allemand des airs d'opéra, absurde. Sauf s'il s'agissait de second degré.
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un vieux savant.  
  • Un doctorant qui a 3h30 à tuer avant de retourner au labo. 

Allez-y si vous aimez

  • Être à côté de la plaque.
  • Les blagues de scientifiques.


Infos pratiques

Mise en scène 
Sylvain Creuzevault

Dates
2 nov. au 4 déc. 2016

Horaire
19h30 (mar)
20h (mer-sam)
15h30 (dim)

Durée.png

Durée
3h30
(entracte)

Adresse
La Colline
Théâtre national
5 rue Malte Brun
Paris 20

Avec
Antoine Cegarra, Éric Charon, Pierre Devérines, Évelyne Didi, Lionel Dray, Servane Ducorps, Michèle Goddet, Arthur Igual, Frédéric Noaille, Amandine Pudlo, Alyzée Soudet

Prix
-30 ans : 15€
+30 ans : 30€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !