« The Notebook » 
d'après Agota Kristof

Du 28 novembre au 3 décembre 2016

Mi-figue, mi-figue

Notre avis : Mi-figue, mi-figue

Les deux énergumènes de Forced Entertainment se glissent dans la peau d'une paire de jumeaux plongée dans les affres de la Seconde guerre mondiale.


Peu importe que ce soit vrai ou faux. L’essentiel, c’est la calomnie. Les gens aiment le scandale.
© Hugo Glendinning

© Hugo Glendinning


La pièce en bref

 Dans ce récit de guerre inspiré du Grand Cahier de l'écrivaine hongroise Agota Kristof, deux frères jumeaux abandonnés par leur mère atterrissent chez une grand-mère avare et colérique, dont la description physique vous file presque immédiatement un haut-le-cœur. Livrés à eux-mêmes dans un environnement de plus en plus hostile, l'étrange duo échafaude au quotidien une véritable stratégie de résistance, devenant jour après jour insensible aux coups, aux insultes, à la cruauté ambiante, et même au moindre témoignage d'affection. Cette indifférence latente, renforcée par la lecture froide et monotone de Robin Arthur et Richard Lowdon, nous plonge progressivement dans un état d'inquiétude on ne peut plus perturbant. 

Deux chaises, une paire d'acteurs, aucun nom, pas l'ombre d'un repère spatio-temporel, à peine quelques variations de ton et un humour noir omniprésent. Voilà un texte à la fois sombre et cynique, auquel le metteur en scène Tim Etchells ôte tout sentimentalisme : de la voisine s'envoyant en l'air avec le chien à l'exhumation du corps de la mère au fond du jardin, jamais un mot plus haut que l'autre sur le plateau, et un public qui tortille entre rire et malaise. Un spectacle déstabilisant, en somme, qui finit malheureusement par être pris au piège de sa propre monotonie.


Envie de plus de théâtre ?


On a aimé

  • Lorsque le texte part en vrille.
  • Le petit regard complice échangé entre nos deux comédiens avant chaque chapitre.
  • Ce charmant accent british, que l'horreur n'atteint pas.
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • L'interprétation du texte, extrêmement minimaliste, est parfois à la limite du soporifique.
     
noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Votre jumeau maléfique.
  • Votre mère indigne.

Allez-y si vous aimez

  • Les récits de guerre.
  • Apprendre comment survivre en milieu inhospitalier.


Infos pratiques

Mise en scène 
Tim Etchells

Dates
28 nov. au 3 déc. 2016

Horaire
19h (lun-sam)

Durée.png

Durée
2h10

Adresse
Théâtre de la Bastille
76 rue de la Roquette
Paris 11

Avec
Robin Arthur, Richard Lowdon

 

Prix
-30 ans : 17€
+30 ans : 24€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !