« Les Époux »
de David Lescot

Du 2 au 6 février 2016

À ne pas manquer

Notre avis : une réussite

Plongez dans l'intimité d'un petit couple de dictateurs, au cœur de la Roumanie des années 1960. De leur rencontre à leur exécution en place publique, jamais ils ne se quittèrent d'une semelle. Bienvenue chez les Ceauşescu.


On a les dissidents qu’on mérite.
© Christophe Raynaud de Lage

© Christophe Raynaud de Lage


La pièce en bref

Sur un air de musique folklorique, un grand moustachu et une petite blonde engoncés dans leurs costumes traditionnels nous parlent d'un couple. Le ton est léger, enjoué même, parfois un peu moqueur. Puis nos deux conteurs entrent doucement dans la peau d'Elena et Nicolae, futur époux Ceauşescu. Il est bègue et pas très malin, elle est laide mais redoutable. Deux rustres, du moins en apparence, qui vont arriver au pouvoir et régner sur la Roumanie en véritables tyrans jusqu'à leur condamnation à mort pour génocide, le 25 décembre 1989. Malgré la mégalomanie de l'un et la fourberie de l'autre, on ne peut s'empêcher de s'émouvoir devant leur étrange complicité, ni de rire en écoutant le récit de leur séjour à Buckingham Palace. Comment ces deux-là ont-ils pu être reçus en grande pompe par tous les chefs d'états de l'époque? Comment ont-ils pu au même moment ordonner le massacre des manifestants de Timișoara ? Ils nous étaient pourtant presque sympathiques…

Scénographie et mise en scène sont d'une grande intelligence: flirtant avec le théâtre documentaire, de véritables images d'archives sont projetées sur les cloisons, en alternance avec celles de deux chiens enragés. Une preuve parmi d'autres de l'ingéniosité dont a su faire preuve Anne-Laure Liégeois : le rectangle percé dans le mur du fond — antichambre du pouvoir d'où nos deux compères extirpent costumes et accessoires — est une évocation parfaite du mélange d'habileté et de frénésie qui les habitèrent jusqu'à leur dernier souffle.

 
 

Envie de plus de théâtre ?


On a aimé 

  • La venue de De Gaulle et Yvonne en territoire Roumain, alors même que les étudiants de mai 68 sont en train de retourner la ville de Paris.
  • La cleptomanie (inventée?) de Madame Ceauşescu, et de son petit penchant pour l'argenterie. 
On a moins aimé.png

On a moins aimé

  • L'exagération sur le bégaiement de Nicolae, heureusement de courte durée, nous met un peu mal à l'aise…  

 

noun_152984_cc.png

Avec qui faut-il y aller ? 

  • Un passionné de Roumanie et de dictatures

Allez-y si vous aimez

  • L'Europe de l'Est
  • Les liens sacrés du mariage
  • Rire de tout

 


Infos pratiques

Mise en scène  
Anne-laure Liégois

Dates
2 au 6 fév. 2016

Horaire
20h30h (mar-ven)
19h30 (mer-sam)

Durée.png

Durée
1h40

Adresse
Théâtre 71
3, Place du 11 novembre
Malakoff

Avec
Agnès Pontier, Olivier Dutilloy

Prix
-30 ans: 13€
+30 ans: 27€


Merci de nous avoir lus, maintenant allez-y !